Jump to content
Derniers résultats
  • [J33] Ogier, aura-t'il la tête rasée? Clermont - Le Havre
  • [J29] Clermont 3 - 0 Amiens
  • [J32] Pau 2 - 1 Clermont
  • [J31] Clermont 0 - 0 Niort
  • [J30] Nancy 1 - 0 Clermont
  • [J28] Guingamp 0 - 5 Clermont
  • [J27] Clermont 4 - 0 Valenciennes
  • Recommended Posts

    38 minutes ago, dago said:

    Et du coup vous pensez qu'il faudrait s s'abonner quand  a bien pour pouvoir voir les match ou Plutôt se sera à partir de quand ?

     

    Dès le week-end prochain je crois 

    Link to post
    Share on other sites
    • Replies 239
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Posted Images

    Dommage 😁😁  j etais prêt à  m abonner , en fait j attendais la fin de toute cette  histoire pour savoir où s abonner. 

     

    Link to post
    Share on other sites
    34 minutes ago, dago said:

    Et du coup vous pensez qu'il faudrait s s'abonner quand  a bien pour pouvoir voir les match ou Plutôt se sera à partir de quand ?

     

    Aujourd'hui c'est la dernière fois que le Clermont Foot passe sur Téléfoot. Si tu veux regarder c'est 3,90 euros.

    Demain les 2 matchs de ligue 2 sont sur Beinsport dont le choc Troyes/Toulouse.

    Pour Beinsport actuellement les abonnements sont à 15 euros par mois sans engagement. Sinon tu as l'abonnement Canal+ avec la pack Sport+ (Canal+ Sport, Beinsport, eurosport, le journal L'Equipe, Cafeyn (les revues) à 40,99 pour un abonnement sur 24 mois.  Après il faut que tu regardes il y a peut-être d'autres offres.

    Link to post
    Share on other sites
    2 minutes ago, hermann said:

    Aujourd'hui c'est la dernière fois que le Clermont Foot passe sur Téléfoot. Si tu veux regarder c'est 3,90 euros.

    Demain les 2 matchs de ligue 2 sont sur Beinsport dont le choc Troyes/Toulouse.

    Pour Beinsport actuellement les abonnements sont à 15 euros par mois sans engagement. Sinon tu as l'abonnement Canal+ avec la pack Sport+ (Canal+ Sport, Beinsport, eurosport, le journal L'Equipe, Cafeyn (les revues) à 40,99 pour un abonnement sur 24 mois.  Après il faut que tu regardes il y a peut-être d'autres offres.

    J ai  la télé par orange , je fais comment pour trouver téléfoot et acheter juste ce match ?

    Un indice svp😇😇

    Link to post
    Share on other sites
    25 minutes ago, dago said:

    J ai  la télé par orange , je fais comment pour trouver téléfoot et acheter juste ce match ?

    Un indice svp😇😇

    Si tu as Chromecast tu peux regarder le match sur ta télévision après avoir acheté le match sur internet.

    Edited by hermann
    Link to post
    Share on other sites

    À quoi va ressembler la grille de Canal+ après l'acquisition des droits de la Ligue 1 jusqu'à la fin de saison

    Avec l'acquisition de l'intégralité de la Ligue 1 jusqu'à la fin de la saison, une première depuis 2008, Canal+ a dû revoir toute sa programmation, y compris celle du Top 14. État des lieux.

    Sacha Nokovitch05 février 2021 à 22h25
     
     

    Cela ne lui était pas arrivé depuis 2008. À partir de la semaine prochaine, Canal+ proposera l'ensemble de la Ligue 1 à ses abonnés jusqu'à la fin de la saison. Thierry Cheleman, le directeur des sports de la chaîne cryptée, se réjouit de ce retour en force. « Tous les fans de foot vont se retrouver sur une offre claire et lisible et tout ce résultat est le fruit de la volonté et de la persévérance de notre actionnaire et de notre président Maxime Saada. De temps en temps, c'est bien de dire merci. » Quant au prix des abonnements, il ne changera pas, promet la chaîne. Face à sa large offre du week-end, Canal+ a notamment choisi de programmer le meilleur de chaque discipline sur son canal principal et le reste essentiellement sur Canal+ Sport et Canal+ Sport Week-End (l'autre nom de Canal Décalé). Voici les détails de sa nouvelle organisation.

     
     

    Les deux meilleures affiches de Ligue 1 sur Canal+ premium le samedi à 17 heures et le dimanche à 21 heures

    Avec l'arrivée de 100 % de la Ligue 1 jusqu'à la fin de la saison, la chaîne cryptée a dû faire des choix. Sur sa chaîne principale, elle proposera le match du samedi 17 heures et retrouve l'affiche du dimanche soir (21 heures). Elle va donc opérer un changement pour les clubs et les téléspectateurs en installant systématiquement les deux meilleures affiches de chaque journée sur ces cases-là, dont la plus belle le dimanche soir (depuis le début de la saison, 28 premiers choix devaient se jouer le samedi à 21 heures).
    Canal+ Sport programmera les huit autres rencontres, dont le multiplex dominical (15 heures) avec la diffusion des quatre matches en intégralité sur Foot+. Le retour en majesté de l'affiche du dimanche soir, dès ce week-end avec le Classique OM-PSG, codiffusé avec Téléfoot, signe aussi le retour du Canal Football Club sur sa case historique, à partir de 19 h 30 et en clair, tandis que la version débrief sera toujours proposée en crypté. La chaîne serait également en train de plancher sur la construction d'une chaîne numérique dédiée intégralement à la Ligue 1, sur le modèle de ce qu'elle propose pour la Premier League et le Top 14 notamment.

    Le Top 14 en fanfare le samedi soir

    La Ligue nationale de rugby ne semblait pas émue, vendredi, de voir sa nouvelle affiche du dimanche soir laisser place à la Ligue 1 jusqu'à la fin de la saison. En échange, Canal+ l'a déplacée le samedi soir, à 21 heures, sur la chaîne premium du groupe. « On a simplement inversé les soirées foot et rugby, c'est l'élément le plus marquant », insiste Thierry Cheleman.

    Une autre rencontre de Top 14, l'affiche du samedi 15 heures, sera programmée sur Canal+, tandis que celle du vendredi soir (21 heures) alternera avec la Ligue 1 entre Canal+ Sport et Canal+ Sport Week-End. Le multiplex de Top 14 et les rencontres de Pro D2 seront retransmis sur Canal+ Sport. Logiquement, le Canal Rugby Club encadrera la nouvelle soirée rugby du samedi, en clair à 19 h 55, avant de passer en crypté dans la version débrief. Et il n'y aura donc plus de matches de rugby le dimanche.

     
    Les quatre matches du multiplex seront diffusés intégralement sur Foot+. Fini, les matches du Top 14, le dimanche soir. (Infographie L'Équipe)
     
    Les quatre matches du multiplex seront diffusés intégralement sur Foot+. Fini, les matches du Top 14, le dimanche soir. (Infographie L'Équipe)

    Réflexion sur la Ligue 2

    Si Canal+ a bien récupéré les droits de huit matches de L 2 (le multiplex du samedi à 19 heures) jusqu'à l'issue de la saison, elle ne sait toujours pas si elle les diffusera elle-même. « C'est en réflexion », confirme Thierry Cheleman. La chaîne n'a pas à régler de droits de diffusion mais s'est engagée à couvrir les coûts de production, estimés à 11 M€ jusqu'à la fin de l'exercice. Des discussions sont en cours avec son partenaire beIN Sports, déjà diffuseur des deux meilleures affiches de L2, pour qu'il récupère éventuellement l'intégralité de ce Championnat et les frais qui l'accompagnent.

    Premier League et D1 femmes recasées

    Essentiellement installée jusqu'ici sur Canal+ Sport, la Premier League, codiffusée avec RMC Sport, bascule quasi intégralement sur Canal+ Sport Week-end à compter de la semaine prochaine. En revanche, l'affiche anglaise du dimanche, à 17 heures, s'installera sur la chaîne premium. Canal+ Sport Week-End proposera aussi deux affiches de D1 femmes le vendredi à 18 h 45 et le dimanche à 17 h 30, tandis que tous les autres matches du Championnat basculent sur Foot+.

    Les sports mécaniques, qui ont réalisé des scores d'audience historiques cette saison, ne sont pas jetés aux orties. Lors de la reprise de la Formule 1 et de la MotoGP, le mois prochain, les Grands Prix continueront d'être diffusés sur Canal+ premium tandis que les essais et les qualifications restent sur Canal+ Sport.

    Link to post
    Share on other sites

    Thibault Le Rol « avait envie de croire » au projet Téléfoot de Mediapro

    Recruté comme journaliste vedette par Mediapro pour la chaîne Téléfoot l'été dernier, le présentateur, Thibault Le Rol interviendra une dernière fois à l'antenne dimanche. Il se confie sur cette aventure éphémère.

    Sacha Nokovitch06 février 2021 à 00h05
     
     

    Le 21 août dernier, Thibault Le Rol, transfuge de beIN Sports, avait ouvert la chaîne Téléfoot. Dimanche, après le Classique OM-PSG, ses collègues et lui clôtureront près de six mois d'une aventure un peu folle, et acteront la fermeture de leur chaîne qu'ils n'avaient pas vu venir. Le journaliste raconte son sentiment, sans regrets et avec la satisfaction du travail bien fait.

     
     

    « La Ligue de football professionnel penchait encore jeudi sur la possibilité de maintenir l'antenne de Téléfoot jusqu'à l'issue de la saison... avant de trouver un accord avec Canal +. Comment avez-vous accueilli la nouvelle ?
    On l'a pris comme un petit uppercut, même si les dernières semaines étaient bien rudes, remplies de quelque chose de très dur à vivre : l'incertitude. L'épée de Damoclès a fini par tomber... Je n'en avais pas envie mais je voulais savoir. Le coup est fatal et, depuis, c'est la tristesse qui prédomine.

    Vous aviez ouvert l'antenne de Téléfoot en août. Quand vous y repensez, vous vous dites quoi ?
    Que je n'aurais peut-être pas dû écrire ce que j'avais dit sur le plateau (il sourit) : "Téléfoot, la nouvelle chaîne du foot pour les mois et les années à venir." C'est ce à quoi je croyais, dur comme fer. Il y avait évidemment une part de doute, de risque - on n'est pas complètement naïfs -, mais on avait envie de croire aux quatre années du cycle de droits, voire plus.

    « On avait 80 % (du foot français) et aujourd'hui on a 0 %...ainsi va la vie ! »

     

     
     
     

    En septembre, dans "L' Équipe", vous déclariez : "On est devenus incontournables... Canal moins." C'était prématuré ?
    C'était très factuel. On avait 80 % du foot français (L1 et L2) ainsi que la Ligue des champions et la Ligue Europa (en co-diffusion avec RMC Sport). Par la force des choses, on devenait incontournables et Canal un peu moins à ce moment-là. Voilà, on avait 80 % et aujourd'hui on a 0 %... ainsi va la vie !
    Vous ajoutiez : "Comme dans tout nouveau projet, il y a une part de risque." L'aviez-vous mal estimée ?
    J'avais essayé de l'estimer le mieux possible en essayant de recouper des informations sur ce projet de Mediapro, en étudiant des données quasiment macroéconomiques qui me dépassent parfois. J'ai mené ma petite enquête... Même si ce n'est pas drôle aujourd'hui, je ne regrette pas d'avoir pris ce risque, d'avoir relevé ce challenge, d'avoir rencontré ces gens-là, d'avoir vécu ces six mois. Autant à beIN Sports, j'étais moins exposé aux débuts en 2012, autant là j'étais au coeur du réacteur de ce lancement, avec une quotidienne, une hebdomadaire (produite par TF1), le multiplex du dimanche... J'ai appris énormément.

    Quelle a été votre réaction lorsque vous avez appris, début octobre, que votre employeur, Mediapro, avait décidé de ne plus payer les droits et d'entamer un bras de fer avec la Ligue ?
    C'était de la stupéfaction. On ne l'avait pas vu venir, on l'avait appris dans L'Équipe. On a essayé de comprendre... Il y avait tout de même le spectre de la pandémie, cela pouvait s'entendre un petit peu qu'il y ait des soucis économiques. Ce n'était pas encore l'heure de l'abattement. Il n'était pas du tout question que la chaîne ferme à ce moment-là... C'est ensuite devenu un engrenage, de semaine en semaine, jusqu'à aujourd'hui.

    « On avait un peu l'impression de s'être fait berner... comme le foot français. »

     

     
     
     

    Lorsque l'arrêt est officialisé en décembre dernier, comment réagissez-vous ?
    Là, ça fait mal ! On se rend réellement compte que cela va se terminer, on est presque K.-O. Mais il faut continuer à aller travailler, il y a un peu de poker face à partir de ce jour-là, à l'antenne. Mais on est fiers de ne pas avoir baissé pavillon et on va continuer comme cela jusqu'à dimanche soir. On est touchés par tout le vent de sympathie qui surgit, c'est le signe d'une rédaction qui est restée digne jusqu'au bout.

    Vous twittiez ce jour-là sur votre compte "le milliard aux alouettes". Aviez-vous le sentiment de vous être fait avoir dans cette histoire ?
    Oui, on avait un peu l'impression de s'être fait berner... comme le foot français. La rédaction ressemble à un dommage collatéral d'un business qui a mal tourné.
    Ces dernières semaines étaient-elles les plus compliquées pour toutes les équipes ?
    C'était difficile pour tout le monde, forcément. Quand tu es à l'antenne, c'est encore un peu plus particulier, tu ne peux pas prendre les téléspectateurs en otage. Je dis "téléspectateurs" parce qu'il n'y a pas que des abonnés qui nous regardent... c'est la grande mode (il fait référence au piratage) ! Il fallait faire le job : avoir du sourire, du feel good, de l'entrain. C'était du plaisir les premiers mois et ces dernières semaines, ces derniers jours, c'était devenu un devoir. Ce n'était pas facile de garder un sourire de façade, je me revois me mettre des petites tapes sur le visage pendant le générique de début d'émission.

    La casse sociale sera terrible. Avez-vous été informé de la façon dont vous serez accompagné à partir de la semaine prochaine ?
    Non, il y a des discussions en cours mais aujourd'hui rien n'est acté. La direction de la rédaction discute avec la direction de Mediapro pour connaître la marche à suivre... Mais aujourd'hui, on est encore estomaqué et on pense à bien terminer.

    « Ça s'est mal goupillé, on arrête tout. Le navire coule... sauf qu'il y a des personnes à bord. Le mal est fait. »

     

     
     
     

    Qui est le principal responsable de ce fiasco selon vous ?
    Je n'ai pas envie de pointer du doigt, je n'ai pas tous les tenants et les aboutissants, mais c'est l'échec d'un business. Ça s'est mal goupillé, on arrête tout. Le navire coule... sauf qu'il y a des personnes à bord. Le mal est fait.

    Dans le milieu toujours concurrentiel du sport à la télé et en pleine crise, pensez-vous pouvoir rebondir ou songez-vous à vous orienter vers d'autres projets ?
    Non, j'ai envie de continuer dans ce milieu-là du sport et de la télé, même si ce n'est pas vraiment la sécurité en ce moment. C'est flou, même un peu sombre... mais je ne veux pas abdiquer à 31 ans. »

    Link to post
    Share on other sites

    CFoot, Orange Sport, TPS Star : comme Téléfoot, ces chaînes aussi se sont arrêtées plus tôt que prévu

    Avant Téléfoot, qui va s'arrêter après la diffusion d'OM-PSG dimanche soir, d'autres chaînes de sport, TPS Star, Orange Sport et CFoot, ont disparu du paysage audiovisuel français, souvent après une existence assez courte.

    François-Guillaume Lemouton07 février 2021 à 09h00
    partager
     
     
     

    La lente agonie de TPS

    Lancé en décembre 1996 par TF1 et M6 principalement et d'abord dédié au cinéma, le bouquet satellite TPS s'attaque au foot en 1999 (après un essai pendant la Coupe du monde 1998). TPS diffuse alors l'affiche du samedi soir en exclusivité sur sa chaîne, d'abord appelée Superfoot puis TPS Foot. En septembre 2001, sur le canal 4 de TPS, clin d'oeil au rival Canal, apparaît TPS Star, destinée à concurrencer la chaîne cryptée, en utilisant sa recette : du foot et du cinéma.

    L'illusion durera trois ans. Après avoir ravi les droits de la Premier League à Canal+ en mars 2004, quelques mois plus tard, le 10 décembre, TPS perd l'appel d'offres de la L1 face à son concurrent. Poussé dans ses retranchements, Canal+ a payé 600 millions d'euros par an (de 2005 à 2008) pour s'assurer d'écraser son concurrent. Dans la rédaction de TPS, tout le monde a compris que c'était la fin. « On se sent humiliés, lâche alors un journaliste. Le foot anglais, c'était censé être la cerise sur le gâteau mais il n'y a plus de gâteau du tout. »

     
     

    En janvier 2007, Canal absorbe TPS, par le biais d'une fusion du bouquet avec Canalsat. Si le bouquet TPS lui-même disparaît le 31 décembre 2008, la chaîne TPS Star continue, elle, d'exister mais le groupe Canal va alors méthodiquement la déshabiller de tous ses programmes, en ne lui laissant que des films et des matches de second ordre. Canal+ cesse de diffuser TPS Star sur le câble, le satellite et l'ADSL le 4 avril 2012 et sur la TNT payante le 4 mai suivant.

    Orange Sport, un dernier Roland et puis s'en va

    Débarqué en grande pompe le 9 août 2008, avec une des affiches de la première journée de Ligue 1, Rennes-Marseille (4-4), présentée sur place par Céline Géraud, Orange Sport n'est pas restée longtemps une alternative à l'hégémonie de Canal+. Avec un seul match de Ligue 1 en direct à la télévision, réservé aux abonnés triple play d'Orange (internet haut débit, téléphonie et télévision), la chaîne souffre d'une audience limitée, malgré son catalogue de droits (Serie A, Ligue de diamant en athlétisme, NBA...). « Orange Sport, en fait c'était Orange samedi soir »,dira Xavier Couture, ancien directeur des contenus de la chaîne, pour résumer l'échec du projet.

    À l'automne 2009, la défaite d'Orange face à Canal dans l'appel pour les droits de la Premier League, marque le début de la fin pour la chaîne. Le 6 mars 2012, France Telecom officialise l'arrêt d'Orange Sport, consécutive à la décision de son nouveau patron, Stéphane Richard, de se concentrer sur l'agrégation de contenus. Après un dernier direct de Ligue 1, Lorient-PSG (1-2), le 20 mai, Orange Sport conclut son passage dans le paysage audiovisuel avec Roland-Garros, au mois de juin. « C'est moi qui avais fait le dernier programme diffusé par la chaîne, se souvient Amandine Morhaïm, ancienne responsable éditoriale de la chaîne. C'était une rétrospective de 90 minutes avec les meilleurs moments de l'année. »Un programme conclu par un message sobre : « Orange Sport n'est plus diffusé depuis le 30 juin 2012, merci à tous pour votre fidélité ». Orange avait trouvé dans la foulée un accord avec beIN Sports autour du transfert de ses quelque 400 000 abonnés, et cédé le restant de ses droits à Canal+ (Ligue de diamant et Masters 1000 de tennis).

    CFoot, même pas un an d'existence

    Lancée en juillet 2011 par la Ligue de football professionnel (LFP), CFoot était déjà proche de sa fin avant même de commencer à émettre. Censée empêcher Canal de se constituer un monopole au détriment du foot français, avec la perspective du retrait d'Orange, la chaîne de la Ligue avait perdu sa raison d'être un mois plus tôt, avec l'arrivée d'Al-Jazeera, la maison mère de beIN Sports, sur le marché des droits du foot français, en juin 2011, avec l'acquisition dans un premier temps de deux matches de L1. « En démarrant en juillet, on savait déjà que ça allait être difficile », se souvient David Astorga, aujourd'hui présentateur de Rookies, sur Free.

    Pénalisée par le choix de la TNT payante, un conflit larvé de distribution avec Canalsat et une offre limitée (essentiellement le multiplex de Ligue 2), CFoot ne dépassera pas les 350 000 abonnés. Le 10 février 2012, la LFP confirme une information de L'Équipe et annonce la fermeture de sa chaîne « cent pour cent foot ». « C'était une énorme déception, un coup de massue », se souvient Carine Galli, qui couvrait les affiches de Ligue 2 en bord de terrain. Présidée par Jean-Michel Roussier, depuis directeur éditorial de Téléfoot, la chaîne avait malgré tout continué de diffuser jusqu'au bout la saison de Ligue 2, terminée par un dernier multiplex, le 18 mai 2012, présenté par Astorga. « Je ne me souviens plus trop de ce que j'avais dit, j'avais dû balancer un truc du genre : ''À bientôt pour de nouvelles aventures''. » » Après quelques jours meublés par des rediffusions, la chaîne avait finalement cessé d'émettre le 31 mai 2012, à 23h59, après même pas un an d'existence.

    Link to post
    Share on other sites

    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest
    Reply to this topic...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

    Loading...

    • Upcoming Events

      No upcoming events found
    • 27 qui c qui qui va en profiter😁😁😁?

      You do not have permission to vote in this poll, or see the poll results. Please sign in or register to vote in this poll.
    ×
    ×
    • Create New...