Jump to content
Derniers résultats
  • Clermont - Brest
  • P.S.G. 4 - 0 Clermont
  • Clermont 2 - 2 Metz
  • Lyon 3 - 3 Clermont
  • Clermont 2 - 0 Troyes
  • Clermont ! 👏👏👏 Clermont ! 👏👏👏 Clermont ! 👏👏👏
  • Mercato saison 2021/2022 (sauf Clermont Foot)


     Share

    Recommended Posts

    je viens de vérifier, il était en fin de contrat, ceci explique surement cela, le 9 juin juin doit être pour ceux encore sous contrat l'année suivante, à valider

    Link to comment
    Share on other sites

    • hermann pinned this topic
    • 2 weeks later...

    Courtisé par Nice, Christophe Galtier n'a pas l'intention de revenir au LOSC

    Christophe Galtier, sous contrat jusqu'en 2022, a tourné la page lilloise. L'entraîneur ne comprend pas l'attitude de son président qu'il a prévenu de ses intentions de départ dès février.

    Joël Domenighettimis à jour le 18 juin 2021 à 21h54
     
     

    Christophe Galtier et son entourage sont tombés de leur chaise, vendredi matin, à la lecture des propos d'Olivier Létang publiés sur notre site. Ils n'étaient pas surpris de lire que le président du LOSC réaffirme son intention de conserver son entraîneur champion de France. C'est ce qu'il a répété en toute fin de conversation à Bob Ratcliffe, responsable de la branche football d'Ineos, propriétaire de l'OGC Nice, cette semaine. Après avoir envoyé à l'ensemble du staff, qui n'a pas été consulté, le programme de la reprise avec deux dates de stages. Le premier aux Pays-Bas, du 5 au 11 juillet. Le deuxième au Portugal, du 19 au 25 juillet.

     
     

    Le clan Galtier n'était pas plus étonné que Létang évoque un « préjudice »pour justifier le règlement d'une indemnité de transfert relative à la dernière année de contrat jusqu'en juin 2022, à savoir 10 M€. Une somme que ne réglera pas l'OGC Nice, visiblement assez sereine sur le sujet. Non, l'entraîneur et son entourage se sont étranglés en apprenant que le PDG des Dogues « aurait aimé qu'on le prévienne plus tôt et que l'on respecte le club ». De respect, il y en a visiblement eu cette saison. Notamment à la suite du gel des primes de victoires de l'équipe professionnelle. Galtier a alors proposé à son président d'abandonner les siennes (5 000 € par victoire). Qui a refusé.

    Galtier a répété ses intentions à Létang à plusieurs reprises

    Par la suite, l'entraîneur a continué, avec José Fonte, de fédérer le vestiaire contre un président jugé autoritaire. Un PDG qui n'a pas versé de primes collectives pour le titre de champion de France. Seuls les joueurs disposant préalablement dans leur contrat individuel d'un intéressement au titre en ont donc perçu une.

    Via son agent sportif, celui qui a été élu meilleur entraîneur de L1 dit également avoir prévenu son président dès le mois de février. Une version diamétralement opposée à celle du dirigeant, qui répète que la première et la seule discussion a eu lieu le mardi suivant le titre de champion de France, au lendemain des festivités au Domaine de Luchin. Une vingtaine de minutes avant que Galtier ne croise Sylvain Armand, coordinateur sportif du président. Puis explique à L'Équipe qu'il voulait s'en aller.

    Galtier a confirmé ses intentions le 6 avril lors d'un nouvel entretien avec Olivier Létang. Et, le 26 mai, il lui a répété que son cycle à Lille était définitivement terminé après quatre saisons dans les Hauts de France, ponctuées d'un maintien, de trois qualifications européennes et du titre de champion.

    Où sera Galtier le 28 juin, jour de reprise de Lille et de Nice ?

    Le technicien considère qu'il faut du sang neuf. Que l'équipe nordiste risque d'être considérablement affaiblie par les ventes estivales nécessaires autour de 100 M€. Mais surtout qu'il a fait son temps. Il ne veut pas revenir à Lille. Il ne le fera que s'il y est contraint juridiquement par son contrat. Ce qui promet une belle pagaille, pour ne pas dire une situation explosive si tel était le cas au matin du 28 juin, date de la reprise des deux clubs.

    Galtier croyait naïvement qu'il pourrait trouver un terrain d'entente pour « services rendus ». Il rappelle que de grands entraîneurs ont quitté leur poste sans indemnités à verser, de Zinédine Zidane au Real Madrid, en passant par Carlo Ancelotti, transfuge d'Everton au... Real Madrid. Le départ d'Olivier Dall'Oglio de Brest à Montpellier, lui, aurait été transigé entre 250 000 à 500 000 €, selon deux estimations.

    Le 1er juin, enfin, Galtier a formellement rencontré les actionnaires de Nice et l'état-major du club. La rencontre a eu lieu à Monaco. Le contrat de trois ans n'est pas encore paraphé. Mais il est tenu au chaud pour mettre fin au jeu de poker menteur auquel se prêtent les deux camps.

    Link to comment
    Share on other sites

    • 2 weeks later...

    Quels sont les clubs français les plus actifs sur le marché des transferts ?

    Beaucoup de dépenses pour régler des options d'achat passées, toujours de nombreux prêts plutôt que des transferts payants et quelques jolies plus-values... Le point après quatre semaines de mercato français.

    J. LB.07 juillet 2021 à 21h43
     
     

    Les quatre premières des presque 12 semaines du mercato en France (il est ouvert depuis le 10 juin et fermera le 31 août) n'ont pas bouleversé les tendances observées lors des derniers marchés, placés sous le signe de la crise sanitaire et de ses conséquences sur l'économie des clubs. Si le PSG et l'OM animent ce début d'été, la prudence reste dominante. Les premières données sur les dépenses de la Ligue 1 dessinent un cru 2021 proche du niveau de 2020, fortement ralenti par la pandémie.

     
     

    Un tiers des dépenses pour payer la levée des options d'achat passées

    A ce stade (mercredi 7 juillet), les clubs français ont déboursé environ 160 M€ (430 M€ au total l'été dernier). Un tiers de cette somme (54 M€) a été dépensé pour lever des options d'achat prises ces derniers mois. Les opérations ont concerné huit joueurs : Danilo Pereira au PSG, Leonardo Balerdi à l'OM, Gaël Kakuta et Wuilker Farinez à Lens, Jean-Clair Todibo à Nice, Lilian Brassier à Brest, Alban Lafont à Nantes et Rominigue Kouamé à Troyes.

    « Beaucoup de clubs avaient choisi lors des derniers marchés la solution du prêt ou du prêt avec option d'achat comme substituts à des transferts immédiats avec l'objectif de différer les sorties d'argent, observe Ronan Caroff, le référent français du site Transfermarkt. Il est vraisemblable que cette stratégie va perdurer dans un contexte toujours compliqué sur le plan économique. On en voit déjà des signes en ce début d'été. »

    La quasi-totalité des rares prêts entrants enregistrés à date en Ligue 1 sont de fait assortis d'une option d'achat. Les prêts à l'OM du Turc Cengiz Ünder par l'AS Rome, de Mattéo Guendouzi par Arsenal (8,4 M€ et 11 M€) et celui à Nantes de Wylan Cyprien par Parme.

    On observe le même phénomène pour une partie des prêts sortants. Ceux d'Arthur Zagré par Monaco à Utrecht, de Loïs Diony par Angers à l'Étoile Rouge de Belgrade, de Thibault De Smet par Reims à Beerschot ou d'Ibrahim Cissé par Nice au Mans (l'option d'achat est liée dans ce dernier cas à la montée du club de National en Ligue 2).

    Prêts gratuits entre clubs partenaires

    Une autre manière pour les clubs de dribbler les dépenses consiste à s'appuyer sur leur réseau de clubs partenaires en Europe pour bénéficier de la circulation gratuite des joueurs entre les entités. Le promu Troyes, qui appartient à City Football Group, reçoit le renfort d'Issa Kaboré en provenance de Manchester City, tête de pont de cette galaxie de 10 clubs dans le monde. Nancy accueille en prêt trois joueurs d'Ostende, autre club présidé par le Français Gauthier Ganaye et lui aussi propriété d'un consortium qui contrôle notamment Barnsley (D2 anglaise).

    Dans le sens des départs, chez Ineos, Nice a engagé puis aussitôt prêté l'international ivoirien Jean N'Guessan à Lausanne Sports. Mathieu Cachbach, après bien d'autres, file à Seraing, le club filial du FC Metz en Belgique.

    Record pour Hakimi (PSG) en attendant Sancho (MU)

    En recrutant à l'Inter Milan pour 60 M€ le jeune (22 ans) latéral ou ailier droit international marocain Achraf Hakimi, le PSG a dépassé sa plus grosse dépense de l'été dernier - et record du marché français 2020 (Mauro Icardi pour 50 M€). C'est le plus gros deal pour l'instant en Europe, en attendant le transfert effectif de l'ailier anglais du Borussia Dortmund Jadon Sancho, 21 ans, annoncé à Manchester United pour 85 M€, deuxième plus gros transfert anglais après Maguire de Leicester à MU en 2019 (87 M€).

    En ajoutant à Hakimi la levée de l'option d'achat de Danilo au FC Porto (16 M€), le club parisien, qui a aussi recruté Georginio Wijnaldum et attend Gianluigi Donnarumma et Sergio Ramos (libres), se place pour l'instant à la 2e place des clubs les plus dépensiers du continent (76 M€). Il suit le RB Leipzig et ses 5 joueurs achetés entre 15 et 23 M€, dont Mohamed Simakan à Strasbourg et Benjamin Henrichs à Monaco, des dépenses (92 M€ au total) compensées par de belles ventes (Voir plus loin).

    L'OM sous surveillance mais hyper actif

    Bien que soumis depuis le 2 juillet par la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion) à un « encadrement de la masse salariale et des indemnités de mutations », l'Olympique de Marseille de Pablo Longoria est l'autre grand animateur actuel du marché français (et le 8e européen) avec près de 40 M€ de dépenses (Gerson, Balerdi, De la Fuente et Ünder, dont le prêt avec option d'achat est payant à hauteur de 0,5 M€).

    Dans le sens des départs, Florian Thauvin a quitté le club olympien pour rejoindre André-Pierre Gignac au Mexique. Le gardien Yohann Pelé, les défenseurs japonais Hiroki Sakai et Yuto Nagatomo, le milieu Saif-Eddine Khaoui et l'attaquant Valère Germain sont également partis. Gros salaire,Kevin Strootman est en prêt à Cagliari pour une saison et une 2e en option.

    Les bonnes ventes du champion de France

    Dans un marché français largement atone par ailleurs, se détachent quelques jolies plus-values. Le champion de France lillois transfère à Leicester et à l'AC Milan pour un total de plus de 30 M€ Boubakary Soumaré et Mike Maignan, deux joueurs arrivés ces dernières saisons du PSG, libre pour l'un et contre 1 M€ pour l'autre.

    Arrivé libre du Havre (L2) l'été dernier, Loïc Badé quitte Lens pour Rennes contre 20 M€ et un pourcentage à la revente. Le Strasbourgeois Simakan, déjà évoqué, va rapporter à son club formateur 17 M€, hors bonus. Les 10 M€ reçus de Watford par Nantes pour Imran Louza, issu de son centre de formation, feront le plus grand bien à ses finances. L'habituelle filière anglaise du football français, encore peu juteuse cet été, fait aussi le bonheur du Stade Brestois qui vend pour 13 M€ à Southampton le latéral gauche Romain Perraud acheté 2 M€ à Nice il y a deux ans.

    L'Angleterre et les Français en tête

    Au palmarès très provisoire des ligues les plus dépensières en Europe (le marché n'est ouvert que depuis le 1er juillet en Espagne, en Italie et en Allemagne), l'Angleterre (depuis le 10 juin comme en France) tient (déjà) le haut du pavé devant la Serie A, la Bundesliga, la Ligue 1 et la Liga.

    Au niveau des joueurs, outre Achraf Hakimi, « les plus gros transferts à ce stade en Europe concernent deux autres défenseurs de 22 ans, les Français Dayot Upamecano et Ibrahima Konaté qui quittent le RB Leipzig pour le Bayern et Liverpool contre une quarantaine de millions chacun », relève Ronan Caroff.
    « Le marché est encore loin des sommes de l'été dernier où cinq joueurs avaient atteint ou dépassé la barre des 60 M€, dont Kai Havertz, du Bayer Leverkusen à Chelsea pour 80 M€, poursuit notre observateur depuis son bureau de Rennes. On peut douter de revoir dès cet été des transferts à 100 M€ et plus. Il y en avait eu trois en 2019-2020 : Joao Félix, Antoine Griezmann, Eden Hazard. »

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Machado de Toulouse signe à Lens, très bonne recrue pour les lensois

    Link to comment
    Share on other sites

    • 2 weeks later...

    Le bilan du mercato des clubs de Ligue 1 à mi-parcours

    À mi-parcours du marché des transferts estivaux, les clubs de L1 naviguent avec plus ou moins de difficultés dans les eaux rendues troubles par la crise sanitaire et l'imbroglio autour des droits TV.

    Valentin Naturel19 juillet 2021 à 18h45
     
     

    Ils ont dépensé

    À mi-chemin du mercato, les clubs de Ligue 1 comptent précieusement leurs dépenses au terme d'une saison complexe. Mais, comme d'habitude, une équipe sort du lot lors de cette période. Le PSG varie entre gros coups financiers et coups a priori judicieux. Paris a tout de même déjà dépensé 76 millions d'euros. Achraf Hakimi est, pour le moment, la recrue la plus chère de cette période estivale de transferts. Arrivé pour environ 60 M€dans la capitale, l'international marocain (22 ans, 36 sélections, 4 buts) a été la deuxième venue cet été après celle de Georginio Wijnaldum (30 ans), lui arrivé libre comme Sergio Ramos (35 ans) et Gianluigi Donnarumma (22 ans). À ces arrivées s'ajoute aussi l'acquisition définitive de Danilo Pereira pour environ 16 M€.

    Derrière les manoeuvres de Leonardo, on retrouve celles du jeune président de l'OM, Pablo Longoria. L'Espagnol a décidé de mettre les bouchées doubles avec pas moins de huit recrues à mi-chemin de son premier mercato estival. Les Olympiens ont investi 20 M€ sur un joueur qui n'a jamais joué en Europe, le milieu brésilien de Flamengo Gerson (24 ans). Deuxième recrue du mercato olympien après le jeune Américain de la Masia, Konrad de la Fuente recruté pour 3 M€, l'Auriverde semble déjà avoir pris ses aises avec un but inscrit lors de son deuxième match de préparation.

    L'OM a aussi dépensé 8 millions pour lever l'option d'achat de Leonardo Balerdi (22 ans) et 4,5 M€ pour le défenseur brésilien Luan Peres (27 ans). Au total, la facture s'élève à 36 M€ pour le club marseillais. Quatre autres joueurs sont arrivés (Pau Lopez, William Saliba, Mattéo Guendouzi et Cengiz Ünder) en prêt, mais avec des options d'achat susceptibles d'être levées à la fin de la saison.
    Derrière les deux locomotives lancées à vive allure, Rennes semble s'accrocher. Les Bretons n'ont, pour le moment, finalisé que deux transferts, mais ils ont déjà dépensé 35 M€, soit presque autant que l'OM. L'ancien défenseur de Lens, Loïc Badé, une des révélations de la dernière saison de L1, a eu les faveurs de Florian Maurice, le directeur sportif rouge et noir, et Rennes se l'est offert pour 20 M€, une somme qui représente le troisième transfert le plus élevé en L1 à ce stade du mercato.
    Les dirigeants bretons ont aussi misé 15 M€ sur l'attaquant ghanéen de Nordjsaelland, Kamaldeen Sulemana. Un défenseur et un attaquant pour les Rennais en quête d'une place en Ligue Europa Conference, la toute nouvelle compétition créée par l'UEFA, dans laquelle les Bretons joueront les barrages le 19 et le 26 août.

    Une autre équipe vêtue de rouge et noir se montre active sur le mercato. Nice a d'abord modifié son banc de touche avec l'arrivée du tout récent champion de France avec Lille, l'entraîneur Christophe Galtier, un transfert payant (3 M€), une rareté pour un coach. Le club niçois a des ambitions et a déjà dépensé 20 M€ sur le marché des transferts. Le mot d'ordre, c'est la jeunesse. Trois arrivées et une moyenne d'âge de 21 ans. À commencer par Jean-Clair Todibo (21 ans) qui a lancé le mercato des Aiglons. Le défenseur français a été prêté par Barcelone la saison passée avec une option d'achat qui s'élevait à 8,5 M€. Elle a été levée cet été.

    Vient ensuite une petite pépite hollandaise du nom de Calvin Stengs. L'ailier de 22 ans en provenance de l'AZ Alkmaar est, pour le moment, le renfort le plus cher de Nice. Les dirigeants ont dépensé 10 M€ pour s'attacher les services de l'ailier droit Oranje. Et puis, comme à son habitude, Nice fait son marché chez les jeunes pousses de Lyon. Après Myziane Maolida en 2018, Amine Gouiri en 2020, le latéral Melvin Bardportera la tunique des Aiglons cette saison.

    Ils sont actifs mais n'ont pas trop dépensé

    Habitué à des mercatos très actifs, Monaco n'a eu le renfort que de deux joueurs pour l'instant : Alexander Nübel, prêté par le Bayern Munich, et le piston Ismael Jakobs acheté à Cologne pour 6,5M€. Mais à l'ASM, le mercato n'est pas encore fini et les pistes de l'attaquant néerlandais de l'AZ Alkmaar, Myron Boadu, et du milieu lyonnais Jean Lucas sont explorées.

    Lens peut se targuer d'être le cinquième club de l'élite à avoir le plus dépensé à mi-chemin du mercato, avec 8 M€, même si les 5 M€ offerts à Amiens pour Kakuta pèsent fortement dans la balance. Mais Lens a aussi investi sur deux joueurs sud-américains. Le latéral colombien de Toulouse Deiver Machado recruté pour un peu moins de 2 M€ et le gardien vénézuélien, Wuilker Farinez, prêté à Lens la saison dernière, et qui signe un transfert définitif après avoir bien assuré l'intérim de Jean-Louis Leca à trois reprises la saison passée. Le Vénézuélien s'est illustré pendant la Copa America en réalisant huit arrêts en un match.

    Nantes est aussi actif. Et ce malgré une période compliquée, où le président Waldemar Kita est largement critiqué par les supporters. Nantes a levé l'option d'achat du gardien Alban Lafont en réglant les 7,5 M€ demandés par la Fiorentina. À côté de cette dépense, la famille Kita a ouvert la porte à deux autres joueurs, l'ancien gardien du PSG, Rémy Descamps, qui arrive libre de Charleroi, et l'ancien milieu niçois Wylan Cyprien, prêté par Parme.

    Pour le champion de France de L2, Troyes, 7 M€ ont été dépensés. Plus de trois sont partis du côté de Nîmes qui voit s'en aller son meilleur buteur ultra-polyvalent Renaud Ripart. Tireur de penalty, de coups de pied arrêtés, défenseur, milieu ou parfois attaquant, l'ancien joueur des Crocos sera un atout certain pour l'équipe de Laurent Batlles. Le coach troyen pourra aussi compter sur un jeune joueur en provenance du LOSC, Rominigue Kouamé recruté pour 2,5 M€ et de l'espoir ukrainien Mykola Kukharevych qui a été cédé par son club contre un chèque de 300 000 €.

    Brest et Strasbourg ont aussi pioché un peu dans leur trésorerie, chacun pour un joueur. Les Bretons ont recruté Lilian Brassier, en provenance de Rennes pour 2 M€, alors que Strasbourg a enregistré l'arrivée du Polonais Karol Fila contre 1,5 M€ en provenance du Lechia Gdansk. Strasbourg a aussi sollicité des autres clubs français afin de se faire prêter des joueurs. Julien Stephan pourra compter sur un ancien Strasbourgeois, Jean-Eudes Aholou, mais aussi sur le Marseillais Lucas Perrin. Mais la tête d'affiche du recrutement strasbourgeois est l'ancien attaquant international, Kevin Gameiro (34 ans), arrivé libre.

    Ils n'ont rien dépensé mais ont pris des joueurs

    En difficultés financières, Lyon ne fera certainement pas de folies lors de ce mercato. L'absence de qualification pour la Ligue des champions a marqué un coup d'arrêt. Juninho a opté pour des solutions moins, voire pas du tout, onéreuses. À commencer par son compatriote, venu tout droit du Brésil, le latéral gauche de Vasco de Gama, Henrique (27 ans), libéré de tout contrat. Puis une deuxième arrivée, celle de Damien Da Silva, le défenseur de Rennes qui arrive aussi libre.

    L'heure semble donc plutôt aux départs. L'OL a laissé partir cinq joueurs pour le moment pour un total de 3 M€. Et parmi ces départs, celui de Melvin Bard, jeune promesse lyonnaise, qui n'a pas ravi les supporters rhodaniens. Sans oublier le départ du deuxième meilleur buteur du Championnat la saison passée, Memphis Depay, qui a signé libre au FC Barcelone.
    Montpellier a aussi calmement commencé son mercato avec le prêt de Matheus Thuler, en provenance de Flamengo. À Reims, le mercato est marqué par l'arrivée de joueurs libres, Nicolas Penneteau, le gardien expérimenté qui vient de Charleroi, et Andrew Gravillon, prêté par l'Inter Milan. Du côté de Metz, Amine Bassi a été prêté par Nancy et Lenny Joseph arrive du Puy et connaîtra sa première expérience en tant que professionnel.

    Le promu, Clermont, qui va effectuer sa première saison dans l'élite, a mis l'accent sur les transferts libres. Quatre joueurs sont arrivés sans que le club n'ait eu à dépenser un seul centime dans les indemnités de transfert. Elbasan Rashani arrive de Turquie, Cem Türkmen du Bayer Leverkusen mais a été prêté dans la foulée, Arial Mendy du Servette Genève et Salis Abdul Samen de Côte d'Ivoire.

    Bordeaux et Angers, empêtrés dans des problèmes administratifs et relégués pendant un moment en L2, ont lancé leur marché très timidement. Azzedine Ounahi a rejoint Angers en provenance d'Avranches, alors que Bordeaux est allé chercher un jeune Malien de 19 ans au Derby Académie.

    Ils sont inactifs

    Retrouver le champion de France en titre dans cette catégorie peut-être surprenant. Et pourtant, Lille, bien loin de la période de trading chère à son ancien propriétaire Gerard Lopez, n'a toujours pas enregistré d'arrivée. Même si la rumeur du gardien Robin Olsen persiste, rien n'est pour le moment acté. L'arrivée sur le banc de Jocelyn Gourvennec en remplacement de Christophe Galtier pourrait être difficile à bonifier si aucun renfort ne venait à pointer le bout de son nez. D'autant plus que le LOSC a perdu l'un de ses hommes forts : Boubakary Soumaré a rejoint Leicester au début du mercato, laissant Benjamin André un peu seul au milieu de terrain.

    Deux autres clubs sont dans la même situation que le LOSC. Lorient et Saint-Étienne restent muets sur cette période estivale. Pour les Verts, le seul mouvement à signaler est le départ annoncé du gardien Jessy Moulin, sans doute vers Troyes. Pour les Merlus, c'est à se demander si le marché des transferts a été ouvert. Là encore, les regards se tournent vers les départs , où l'on retrouve Sylvain Marveaux, qui n'a joué que neuf matches la saison passée en L1.

    Link to comment
    Share on other sites

    Et après Ripart à 3M voilà Metinho un brésilien de 18 ans pour 5M à Troyes, comme quoi la crise c'est pas pour tout le monde. C'est quand même  risqué ce genre de pari, miser 5M sur un joueur pour un promu, ça fait un peu nouveau riche qui achète tout ce qui passe sans trop penser à la suite...heureusement qu'ici même un transfert à 100 000 euros on négocie pour faire baisser le prix 😃  

    Link to comment
    Share on other sites

    Il y a 12 heures, elliot a dit :

    Et après Ripart à 3M voilà Metinho un brésilien de 18 ans pour 5M à Troyes, comme quoi la crise c'est pas pour tout le monde. C'est quand même  risqué ce genre de pari, miser 5M sur un joueur pour un promu, ça fait un peu nouveau riche qui achète tout ce qui passe sans trop penser à la suite...heureusement qu'ici même un transfert à 100 000 euros on négocie pour faire baisser le prix 😃  

    J'ai l'impression que Troyes est devenu le Lustenau pour le consortium qui détient Manchester. Acheter un joueur par un club français revient moins cher que de l'acheter à partir d'un club anglais, et s'il est bon, il ira peut-être boire le thé de l'autre côté de la manche.

    Link to comment
    Share on other sites

    • hermann unpinned and featured this topic
    • 3 weeks later...

    Et Rami qui signe à Troyes, alors c'est exactement tout ce qui faut pas faire pour un promu ce type de recrutement encore une fois. Rami il est sur la pente descendante depuis 2 ans. Je préfère la logique sportive du CF dans le recrutement 😀 

    Link to comment
    Share on other sites

    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest
    Reply to this topic...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

    Loading...
     Share

    ×
    ×
    • Create New...