Jump to content
Derniers résultats
  • Un volcan arrive en ligue 1, calmement, il surplombe de sa menace le reste de son environnement !!!!
  • Recommended Posts

    On 01/12/2020 at 09:45, Leaud said:

    Sérieux, on ne peut pas tolérer encore longtemps 30 personnes dans une église (et le conseil d'état à demandé au gouvernant de revoir la jauge à la hausse) et 0 personnes dans des stades de plusieurs dizaine de milliers de places. 😵

    A chacun sa religion ;)

    Cela rit, il y a beaucoup de têtes blanches dans les tribunes : on ne veut pas traumatiser leurs petits-enfants, à moins qu'on veuille favoriser les diffuseurs TV (TVA, moins d'aides publiques)

    Dura lex, sed lex :(

    Link to post
    Share on other sites
    • Replies 490
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Posted Images

    2 hours ago, lavernelle said:

    A chacun sa religion ;)

    Cela rit, il y a beaucoup de têtes blanches dans les tribunes : on ne veut pas traumatiser leurs petits-enfants, à moins qu'on veuille favoriser les diffuseurs TV (TVA, moins d'aides publiques)

    Dura lex, sed lex :(

    Pas de publicité pour des marques stp :P

    Tu voulais écrire la loi est dure, mais c'est la loi c'est ça ?;)

    Pour venir sur le forum il vaut mieux être trilingue parce que entre les dura lex, sed lex et les clean sheet on n'arrive plus à se comprendre 🤣🤣🤣

    Et concernant les têtes blanches ils n'ont rien à faire dans les stades, leur place est dans la cuisine avec 1/2 buche :Jumpy:

    Edited by hermann
    Link to post
    Share on other sites
    32 minutes ago, hermann said:

    Pas de publicité pour des marques stp :P

    Tu voulais écrire la loi est dure, mais c'est la loi c'est ça ?;)

    Pour venir sur le forum il vaut mieux être trilingue parce que entre les dura lex, sed lex et les clean sheet on n'arrive plus à se comprendre 🤣🤣🤣

    Et concernant les têtes blanches ils n'ont rien à faire dans les stades, leur place est dans la cuisine avec 1/2 buche :Jumpy:

    Oui, la loi est dure ... avec les pôvres supporters :D 

    Carpe diem (malgré le confinement) ! Bof ! Vaut mieux la cuisine que le crématoire (du moins jusqu'à la fin de la saison)

    :respect:

    Link to post
    Share on other sites
    20 minutes ago, lavernelle said:

    Oui, la loi est dure ... avec les pôvres supporters :D 

    Carpe diem (malgré le confinement) ! Bof ! Vaut mieux la cuisine que le crématoire (du moins jusqu'à la fin de la saison)

    :respect:

    Tu as raison profitons de l'instant présent et je vais en profiter devant Beinsport pour Le Havre/Clermont Foot et Clermont Foot/Paris FC. Je vais pouvoir faire mon malin et commenter toutes les actions :echarp:

    Link to post
    Share on other sites
    On 08/12/2020 at 13:00, laurentfoot said:

    On peut trouver un curé de campagne et improviser une messe au stade a la mi temps. 30 premiers chrétiens ou pas pour voir enfin le match. 

    bonne idée, le montpied  transformé en monseigneur à la mi-temps. ça a du sens et beaucoup de créativité, si tu nous lis AS, penses-y 😋mine de rien, on ne pourrait rien lui dire et il ferait rire toute la France, 😂😂😂

    Link to post
    Share on other sites
    • 4 weeks later...
    Faut-il prioriser la vaccination des sportifs de haut niveau ? A quelques mois de l’Euro de football et des JO de Tokyo, la question commence à traverser le monde sportif, soulevant un problème éthique.
     

     

    Ni l’UEFA, organisatrice de l’Euro de football qui doit débuter le 11 juin dans douze villes européennes, ni le Comité international olympique (CIO), maître d’œuvre des JO (23 juillet-8 août), ne se sont emparés de la question d’une vaccination obligatoire pour les sportifs qui participeront à ces grands événements.

    « Trop tôt pour prendre une décision », a répondu une porte-parole de l’UEFA, assurant que le sujet ferait « partie de la réflexion pour le protocole médical de l’Euro ».

    Idem pour le CIO qui abordera la vaccination ou non des athlètes lors de sa commission exécutive du 27 janvier, s’en tenant jusque-là au ni-ni préconisé par Thomas Bach « ni obligation vaccinale, ni priorité aux athlètes », qui serait « choquante pour le reste de la population ».

    Et c’est bien là le débat corollaire à cette question : peut-on considérer les sportifs comme une population prioritaire, ayant accès aux vaccins devant des personnes à risques ?

    « La dernière chose que l’on voudrait faire serait de prendre le vaccin à quelqu’un qui en a bien plus besoin », a résumé Neil Fachie, cycliste paralympique britannique, interrogé par la BBC .

    Mais les avis sur la question sont loin d’être homogènes, tout comme le rythme de vaccination, bien entamée dans certains pays, alors que certains ont à peine débuté.

    En France, où la vaccination a démarré lentement, et reste ventilée en fonction des catégories de population à risques, la ministre des sports Roxana Maracineanu a dit être « en attente » d’une décision claire du mouvement sportif sur la question, « que ce soit des fédérations internationales ou du CIO ».

    Une ligne qui n’est pas tout à fait la même au Comité national olympique et sportif français (CNOSF), qui plaide pour une vaccination rapide des sportifs avant les JO. « On ne peut pas prendre le risque d’avoir un athlète contaminé qui contaminerait le reste de l’équipe. Il serait logique que tous les gens accrédités pour les Jeux soient vaccinés », tranche Denis Masseglia, le président du CNOSF.

    « Il serait logique que tous les gens accrédités pour les Jeux soient vaccinés » Denis Masseglia

    « Oui ça ferait passer les sportifs comme prioritaires, mais ils bénéficient déjà de dérogations pour leur permettre de s’entraîner, de jouer leurs compétitions », a-t-il ajouté.

    Un credo partagé par Paul Tergat, le patron du comité olympique kényan. « On souhaite que tous ceux qui vont aller à Tokyo se fassent vacciner suffisamment tôt pour qu’ils soient rassurés. Plus ce sera tôt, mieux ce sera », explique l’ancien champion olympique. Idem en Australie, où le comité olympique « encourage » les athlètes à se faire vacciner, et négocie avec les autorités, pour qu’ils puissent préparer les JO « en toute sécurité ».

    En Italie, le mouvement sportif s’abrite derrière son gouvernement. « Nous sommes favorables oui. Mais on doit attendre ce que dit notre ministre de la santé », a indiqué un porte-parole du CONI.

    Une position très éloignée de la Russie par exemple qui a elle prévu de « vacciner les athlètes des équipes nationales, y compris les équipes de jeunes et juniors », a expliqué le ministère russe des sports, précisant que la vaccination « volontaire », serait prioritaire pour ceux « qui se préparent à participer » aux JO de Tokyo.

    Mais quel vaccin sera considéré comme valable à Tokyo ? Les vaccins russe, chinois, ceux proposés par les laboratoires Pfizer, Moderna, AstraZeneca ? « Je fais toute confiance au CIO pour décider cela », a assuré le Français Denis Masseglia. Un flou qu’il va falloir éclaircir rapidement. 
     

    Article non signé paru dans le journal La Montagne de ce jour 

    Link to post
    Share on other sites
    • 4 weeks later...

    Coronavirus : « On entre dans une nouvelle phase » selon le président de la commission Covid

    Jean-François Chapellier, président de la commission Covid FFF, qui travaille pour la Ligue de football professionnel (LFP), dresse pour « L'Équipe » le bilan de l'impact sanitaire de la pandémie sur la Ligue 1 et la Ligue 2.

    Antoine Maumon de Longevialle18 février 2021 à 00h00
     
     

    Comme les médecins des 40 clubs de L1 et L2 depuis six mois, Jean-François Chapellier « dort Covid, mange Covid et vit en permanence avec le Covid ». Président de la commission du même nom, le médecin fédéral est revenu pour L'Équipe sur les actions de son instance et l'impact sanitaire qu'a eu le virus sur le football professionnel français.

     
     

    « 30 % des joueurs ont été positifs au Covid »

    « Notre commission (composée de 4 médecins et des 2 professeurs d'infectiologie) est en rapport constant avec les médecins de club, qui sont la pierre angulaire du système, notamment pour savoir quand les joueurs peuvent reprendre la compétition, ce qui est l'un de nos rôles. Depuis août, la commission s'est prononcée 8 fois pour un report de match, 10 fois elle a refusé. Pour l'instant, il y a 30 % des joueurs de Ligue 1 et Ligue 2 qui ont été positifs au Covid. Dans la population générale, c'est 12 %. C'est une grosse différence. Comment l'explique-t-on ? Les joueurs sont souvent testés et ils sont aussi beaucoup ensemble. Mais il y a des disparités au niveau des régions : le Sud-Ouest - Bordeaux, Pau - est beaucoup moins touché que d'autres régions, comme Grenoble, Nice. En décembre, il y a eu 17 cas à Lens, 20 à Nice, 20 au PSG, 20 à Saint-Étienne. À Brest il y en a eu 4, à Bordeaux 5. En janvier, il y a une augmentation de 25 % des cas. Ça suit la remontée nationale. »

    « Pas de contamination pendant les matches »

    « Ce que l'on sait des variants, c'est que ce n'est pas plus méchant au niveau de la maladie, mais que c'est plus contagieux. On entre donc dans une nouvelle phase. Je ne veux pas être alarmiste, mais il faut repasser des messages et rappeler la nécessité d'exemplarité des joueurs et des staffs. Je pense aux cas d'entraîneurs ou d'adjoints qui ont été positifs : il faut s'interroger et faire très attention, ne pas se checker, garder son masque pour les entraîneurs et pratiquer tous les gestes barrières... On sait qu'il n'y a pas de contamination croisée pendant les matches. Parce qu'on observe qu'il n'y a pas plus de joueurs positifs dans les équipes qui ont affronté des positifs. Un exemple : quand Lorient a joué à Bordeaux (1-2, le 9 janvier) et que Lorient a été arrêté les deux matches d'après, il n'y a eu aucun cas à Bordeaux. Vous avez plus de risques d'être contaminés en avion que quand vous jouez au foot. La contagion, c'est quand on est à table, dans un bus, sous la douche... »

    « Des signes minimes d'atteinte cardiaque »

    « Sur plus de 300 joueurs touchés par le Covid, 7 ont eu des signes minimes d'atteinte cardiaque. Deux ont nécessité un avis spécialisé avant reprise complète de la compétition. Les joueurs reprennent à peu près la compétition quatorze jours après leur test positif. Sur ce que l'on a vu, il y a peu d'incidence sur la capacité d'aérobie : au bout de quinze jours, trois semaines, les joueurs ont totalement récupéré. Un travail est en cours pour savoir quel est l'impact du Covid sur les blessures contractées par les joueurs. »

    « Le protocole a évolué sept fois »

    « Depuis août, le protocole a évolué sept fois. Le dernier a été fait le 12 février, en prenant en compte l'apparition des variants. Il a été réalisé par la commission Covid en accord avec le panel santé de la Ligue de football professionnel (LFP), puis acté par le conseil d'administration de la LFP. Après un test positif, il y a désormais l'obligation de réaliser dans les 36 heures un test PCR de criblage pour identifier le variant. Pour le variant anglais, on va isoler sept jours le joueur positif. S'il a encore de la fièvre, on le maintient isolé jusqu'à la fin de la fièvre, et ensuite il peut reprendre l'entraînement individuel. Avec les variants brésilien ou sud-africain, on le maintient isolé dix jours. Si le test est encore positif, l'isolement est de sept jours de plus. »

    « Le foot pro ne réclame pas d'être vacciné avant tout le monde »

    « Tout le monde s'accorde sur l'intérêt des vaccins pour la sécurisation de la pratique du football, mais on ne met pas en avant le foot pro dans cette période difficile. L'État connaît les échéances, l'Euro et les Jeux Olympiques. Ce qui paraîtrait important, ce serait d'avoir une vaccination avant ces compétitions, mais le foot pro ne réclame pas d'être vacciné avant tout le monde. »

     

     

    Link to post
    Share on other sites

    Coronavirus : le plan de Gérone pour le retour du public dans les stades

    La ville espagnole de Gérone tente un retour du public dans les stades grâce à un système de certificat numérique « Covid free ». Le match de D2 contre Almeria le 7 mars pourrait servir d'exemple.

    Cyril Olives-Berthet19 février 2021 à 00h00
     
     

    Jean-Michel Aulas en rêve. « Le football est le premier sport populaire, il faut faire revenir les gens dans les stades, a-t-il déclaré mercredi, lors de la présentation des résultats d'OL Groupe. Le public (avant la pandémie) représentait une part très significative de nos revenus mais c'est aussi une manière de vivre, c'est du lien social. On a mis en place une cellule de réflexion et de concertation de tout ce qui se fait dans le monde pour contourner cette difficulté actuelle. » Le président de l'OL doit alors être particulièrement intéressé par l'initiative unique en Espagne baptisée « Ouvrir Gérone ».

     
     

    Du 25 février au 26 mars, la ville catalane va rouvrir au public des événements comme un concert, une pièce de théâtre, un colloque, une foire mais surtout des matches de rugby, de padel, de basket et de football. Le club de D2 local pourrait ainsi affronter devant ses fans Almeria, le 7 mars. « La Liga supporte le Girona FC dans ce projet, mais nous attendons toujours la validation du Conseil supérieur des Sports, précise David Torras, le directeur de la communication des Blanc et Rouge. La jauge du stade sera limitée, mais nous ne savons pas si elle sera de 30, 40 ou 50 %. »

    Un test aussi prévu après l'événement

    L'idée est que les spectateurs voulant accéder au stade Montilivi présentent un certificat numérique « Covid free ». Il sera obtenu après un test négatif (entre un et trois mois avant le match pour les sérologiques, entre 48 et 72 heures avant pour les antigéniques) ou une vaccination (de moins de six mois), validés par le réseau local de pharmacies.

    Une application mobile nommée ICC AOKpass centralisera tous les certificats. Ce système de « blockchain » (base de données mise à jour par les utilisateurs de façon sécurisée) est déjà utilisé par certains aéroports et compagnies aériennes.

    « Si tout se passe comme prévu, nous pourrons étendre le dispositif à toute la Catalogne dès avril-mai et ainsi profiter d'un été touristique de premier ordre »

    Quirze Salomo, président du Centre blockchain de Catalogne

     
     
     

    Dix jours après les matches ou les événements en public, un nouveau test serait effectué pour vérifier l'absence de contamination. Ville pilote pour la Catalogne, Gérone porte l'espoir de toute l'Espagne. « Nous voulons rouvrir ces évènements en toute sécurité et nous rapprocher le plus possible de la vie prépandémie. Ce projet est capital car, si tout se passe comme prévu, nous pourrons étendre le dispositif à toute la Catalogne dès avril-mai et ainsi profiter d'un été touristique de premier ordre », avance Quirze Salomo, le président du Centre blockchain de Catalogne qui est à l'origine de l'initiative avec la mairie, l'université et la chambre de commerce locales.

    Quatre mois après le dernier match de foot disputé devant du public en France (Sochaux-Amiens en L2, le 26 octobre, s'était joué devant 4 994 personnes), cette expérimentation pourrait servir de base à la France.

    Link to post
    Share on other sites

    Dr Marcel Garrigou-Grandchamp sur le retour du public : « Il faut vacciner les spectateurs »

    Le Dr Marcel Garrigou-Grandchamp, médecin lyonnais, appelle à suivre l'exemple de Gérone, qui va tester un retour du public dans les stades. Mais il reste prudent sur les tests et préfère miser sur la vaccination.

    Christine Thomas19 février 2021 à 00h00
     
     

    Médecin généraliste et référent télémédecine et e-santé à l'URPS Auvergne Rhône-Alpes (Union régionale des professionnels de santé), notamment pour le Carnet de vaccinations électronique, le Dr Marcel Garrigou-Grandchamp s'est fait connaître du milieu footballistique au début de la pandémie de Covid-19. Il avait affirmé, chiffres à l'appui, que le match de C1 OL-Juve, qui s'était tenue le 26 février 2020 en présence de nombreux supporters italiens, avait favorisé la propagation du virus dans la région lyonnaise.

    « Que pensez-vous du certificat numérique "Covid free" expérimenté à Gérone ?
    C'est une idée excellente et c'est la seule solution si on veut reprendre une vie normale. On n'en a pas d'autre. Et j'aurais même tendance à être un peu plus sévère en éliminant les tests et en exigeant la vaccination. On sait que les tests PCR ou antigéniques peuvent donner des faux positifs et des faux négatifs, et que les tests sérologiques (par prise de sang) n'ont pas une fiabilité de 100 %. Cela veut dire que des gens pourraient être écartés des stades alors qu'en fait ils sont déjà protégés (par immunité cellulaire), et vice versa. Pour moi, seule la vaccination est fiable.

    Demander un certificat de vaccination de moins de six mois vous semble-t-il opportun ?
    Pour l'instant, on ne sait pas combien de temps on sera protégés par une vaccination complète. Gérone a fixé le délai à six mois, mais on pourra peut-être le repousser beaucoup plus.

    Faudrait-il selon vous exiger ce passeport vaccinal à l'entrée des stades ?
    Absolument ! Il y a une grande différence entre des gens qui déambulent gentiment dans un musée et des centaines de supporters qui sautent, hurlent, se congratulent et s'agglutinent à l'entrée ou à la sortie d'un stade. Ça n'a rien à voir et les présidents de club devraient entendre ça. Vous imaginez ce qu'une personne contaminée projette comme virus quand elle hurle ? Et empêcher les supporters de crier serait antinomique avec le sport. Il faut donc vacciner les spectateurs. L'Espagne nous montre la voie et c'est très bien. Il faut mener l'expérimentation en France en ciblant les grandes villes.

    « Pour l'Euro, vaccinons déjà les footballeurs, comme ça on sera au moins sûrs que la compétition pourra se dérouler »

     

     
     
     

    Quitte à alimenter l'actuel débat éthique sur les libertés individuelles ?
    Tant que tout le monde n'a pas le droit au vaccin, ce serait un peu choquant de l'imposer. Mais à partir du moment où l'offre vaccinale va devenir plus conséquente, le problème éthique ne se posera plus. Après, les gens sont libres de ne pas se faire vacciner, mais qu'ils ne demandent pas à entrer dans un stade. Des compagnies aériennes commencent à demander des certificats de vaccination et ça va s'étendre. On ne peut pas continuer à être paralysés comme ça.

    Seriez-vous favorable à la vaccination des footballeurs et des spectateurs pour l'Euro (11 juin-11 juillet) ?
    Je suis absolument favorable à la vaccination des sportifs, qu'on pourrait considérer comme des groupes à risque, vu qu'ils ont par nature beaucoup de contacts et de relations sociales. Pour le public, le "pass Covid" se justifierait complètement aussi. Sauf que, malgré les affirmations du gouvernement, je ne crois pas que tous les Français seront vaccinés dès cet été. Donc pour l'Euro, vaccinons déjà les footballeurs, comme ça on sera au moins sûrs que la compétition pourra se dérouler. »

    Link to post
    Share on other sites
    • 2 weeks later...

    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest
    Reply to this topic...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

    Loading...

    ×
    ×
    • Create New...