Jump to content
Derniers résultats
  • mon petit doigt me dit qu'on va aller à Caen sans aucn stress !!!!
  • [Finale] Caen - Clermont
  • [J37] Clermont 3 - 1 Sochaux
  • [J36] Grenoble 1 - 2 Clermont
  • [J35] Clermont 2 - 1 Châteauroux
  • [J34] Paris F.C. 0 - 1 Clermont
  • Médias (retransmission des matchs)


    Recommended Posts

    • Replies 247
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Posted Images

    Loïc Féry (Lorient) : « Une très grande inquiétude sur le sort des clubs »

    Loïc Féry, le président de Lorient, se montre très inquiet pour l'avenir des clubs malgré l'accord trouvé avec Canal + jusqu'à la fin de saison pour la diffusion des droits télé.

    « Quel est votre sentiment après l'accord de la LFP ?
    Deux sentiments prédominent pour moi : d'un côté le soulagement de savoir que les matches seront diffusés. Le football va retrouver une vraie visibilité sur une chaîne comme Canal +, un des partenaires historiques de la LFP. Et de l'autre il y a une très grande inquiétude sur le sort des clubs qui voient 50% de leurs revenus disparaître.

     
     

    Vous parlez de très forte inquiétude, c'est-à-dire... 
    Oui car cet accord n'apporte qu'un montant extrêmement limité aux clubs en plus des droits déjà acquis (35 M€). Au final, le montant total des droits pour la saison 2020-2021 est maintenant figé, à - 50% environ par rapport aux montants de droits que les clubs devaient recevoir sur la saison. Des revenus des droits TV divisés par deux ! Cela représente au minimum une baisse d'environ 20 millions d'euros de revenus (sur la base d'une 18e place de Ligue 1)pour chaque club de L1, juste sur les droits TV. Sans parler des incidences majeures sur la billetterie, les partenariats et les hospitalités.

    « Cet accord fige la perte des clubs professionnels cette saison au minimum à 1,3 milliard d'euros »

     

     
     
     

    Quelles seront les pertes au global ? 
    Cet accord fige la perte des clubs professionnels cette saison au minimum à 1.3 milliard d'euros puisqu'il n'y a plus d'espoir sur les droits TV. La réalité de l'impasse financière est donc bien réelle pour les clubs, surtout en L1 ou plusieurs clubs seront en quasi cessation de paiement au deuxième trimestre si des solutions ne sont pas trouvées.

    Est-ce que les transferts peuvent aider ?
    On sait déjà que le marché des transferts ne sera pas le chevalier blanc des revenus des clubs, du fait de la crise du Covid qui touche tout le continent. On l'a bien vu en janvier où les transferts ont baissé de 75%. Non seulement les transferts ne seront donc pas une variable d'ajustement pour créer des revenus supplémentaires mais par ailleurs les clubs seraient déjà très heureux de réussir à faire les ventes qu'ils avaient planifiées dans leur budget.

    En tant que membre du CA, vous êtes-vous opposé à cet accord ?
    Non bien sûr. Cet accord était le seul possible et il faut remercier les équipes de la Ligue de l'avoir négocié dans des conditions difficiles. Mais il convient de bien mettre en avant le fait que cet accord entérine la réalité d'un scénario de crise financière majeure pour le football professionnel français dans cet environnement économique et sanitaire très difficile. »

    Link to post
    Share on other sites

    Gneugneu je suis inquiet pour l'avenir des clubs comment on va faire? c'est la crise et blablabla, il est marrant Fery c'est pas lui qui pour la montée en L1 dans son club de Lorient à claqué 26 millions d'euros en transferts contre 6 dans les caisses? Et il va se plaindre que les clubs comme le sien vont souffrir? Certains clubs vont mieux s'en sortir parce qu'ils ont pas fait n'importe quoi avec les transferts cet été par exemple et s'en sortent encore mieux au classement. Là il à surtout peur de redescendre en L2 et là il va pleurer encore plus...

    Link to post
    Share on other sites

    Emmanuel Eschalier (LNR) : « Nous sommes très à l'aise » vis-à-vis de Canal +

    Emmanuel Eschalier, le directeur général de la Ligue nationale de rugby, se montre optimiste avant des discussions avec Canal +, vendredi, sur la reprogrammation du Top 14.

    mis à jour le 5 février 2021 à 00h01
     
     

    Maxime Saada a régulièrement fait savoir qu'il entretenait les meilleures relations possibles avec les dirigeants du Top 14. Sa décision de récupérer tous les matches de Ligue 1 bouleverse évidemment sa grille de programmes et donc le positionnement des matches de rugby.

     
     

    Alors que la LNR a lancé un nouvel appel d'offres pour les droits de diffusion du Top 14 (période 2023-2027), dont Canal+ est un diffuseur historique, avec un prix de réserve à 105 M€ par saison, soit 8 M€ de plus que pour le cycle actuel (les résultats sont attendus le 1er mars prochain), difficile d'imaginer qu'une solution ne soit pas rapidement trouvée. Emmanuel Eschalier, le DG de la Ligue, ne dit pas autre chose...

    « Que va changer le retour du foot sur Canal+ pour le rugby ?
    Nous allons en parler dès demain (vendredi) avec Canal, mais nous sommes très à l'aise. Nous allons trouver des solutions pour combiner les programmations de la Ligue 1 et du Top 14 en conservant une exposition de grande qualité pour le rugby, comme cela toujours été le cas. Je n'ai pas de réponses précises à apporter ce soir puisque les discussions n'ont pas encore démarré, mais nous sommes très sereins. Canal+ a toujours fait progresser la valeur du rugby au fil des années.

    Dans votre contrat, il y a des cases horaires et des qualités d'exposition en fonction de la chaîne (Canal+, Canal+ Sport et Rugby +) 
    Le contrat sera respecté dans tous ses éléments. On a toujours trouvé des solutions satisfaisantes. Il faut prendre quelques jours pour en parler, après des décisions rapides devront être prises, mais il est prématuré d'entrer dans les détails. Il y a différents éléments de valorisation : la case horaire en elle-même qui détermine une partie de l'audience, et puis le canal de diffusion : Canal + Premium et Canal + Sport, ce n'est évidemment pas la même puissance puisque le nombre d'abonnés n'est pas le même.

    « Le Top 14 a montré qu'il savait être au rendez-vous de cette case prestigieuse (21 heures le dimanche soir)

     

     
     
     

    Étant donné les dernières rumeurs, aviez-vous récemment envisagé la chose ?
    Nous observons évidemment ce qui se passe, mais nous n'avions pas spécialement vu venir ce qui s'est passé aujourd'hui. Nous ne sommes pas dans les confidences de Canal+ ou de la LFP. C'est un dossier très sensible.

    Mais vous saviez que cela pouvait arriver ?
    Dans ce dossier, beaucoup de choses pouvaient arriver, mais quand je dis que je ne suis pas inquiet, ce n'est pas une posture. Nous ne nous sommes jamais considérés en concurrence avec la Ligue 1. Ce sont les deux championnats feuilletonnants et attractifs. Ils ont toujours été complémentaires. La preuve étant que le Top 14 n'a jamais cessé de grandir dans son exposition et son importance sur les antennes de Canal en cohabitant avec la Ligue1. Il y a parfois quelques sujets de programmation opérationnels un peu délicats à régler, mais ils le sont toujours.

    Vous perdez néanmoins la case symbolique de 21h, que vous aviez récupérée avec le départ du foot vers un autre diffuseur...
    Les audiences sont satisfaisantes (autour de 600 000 avec des pics sur les Boxing Days). L'enchaînement du Canal Rugby Club avec le match premium a très bien fonctionné. Le Top 14 a montré qu'il savait être au rendez-vous de cette case prestigieuse. Après, elle a été activée dans le contexte très spécial de la crise sanitaire, à huis clos, donc je ne sais pas si nous avons pu apprécier tout le potentiel de cette case en si peu de temps. Le bilan est plutôt satisfaisant. »

     

     

    Link to post
    Share on other sites

    Droits TV : la LFP solde la Ligue 1 à Canal+ pour sauver la compétition

    Le revirement de Canal +, qui a finalement fait une offre pour la fin de saison, soulage, pour un temps, la LFP. Mais avec 650 M€ pour la L1, elle perd près de la moitié des droits prévus au départ.

    Etienne Moatti et Sacha Nokovitch (avec A.H.)05 février 2021 à 00h00
     
     

    Toujours en crise, le football français peut légèrement souffler. Jeudi après-midi, le conseil d'administration de la LFP a validé un accord avec Canal + permettant à la chaîne cryptée de récupérer les droits abandonnés par Mediapro (80 % de la Ligue 1 et de la Ligue 2) à compter de la semaine prochaine (25e journée) et jusqu'à la fin de la saison. En échange, Canal + s'est engagé à verser 200 M€ ces prochains jours afin de permettre aux clubs, à l'asphyxie financièrement, de respirer.

    Dans le détail, elle avance le paiement de ses trois dernières échéances (165 M€) de l'exercice pour ses deux matches de L1, sous-licenciés par beIN Sports, et règle une somme de 35 M€ pour les huit rencontres diffusées jusqu'à ce week-end sur Téléfoot. Concernant la Ligue 2, la chaîne cryptée a proposé de régler les frais de production des huit matches détenus jusqu'ici par Mediapro, ce qui représente un investissement de 11 M€ jusqu'à la fin du Championnat. Les deux affiches de l'antichambre de la L1 restent, quant à elles, sur beIN Sports.

     
    50404.jpg
     

    À court terme, cette solution semblait, jeudi, satisfaire toutes les parties : les dirigeants de la LFP, Canal +, beIN et les clubs. Pourtant, mercredi soir, l'heure n'était pas à la fête dans les couloirs de la Ligue lorsque Vincent Labrune, le président de la LFP, a appris de Maxime Saada, le patron de Canal +, son refus de négocier en gré à gré les droits de Mediapro. Ce dernier estimait en effet que le risque juridique était trop grand de lier à la négociation globale le lot 3 (deux matches de L1), celui-ci ne faisant pas partie de la consultation infructueuse lancée lundi.

    Canal+ ne voulait pas que Téléfoot diffuse la L1 sans payer

    Tenté un moment par la possibilité de dealer immédiatement, et jusqu'en 2024, sur les bases de l'offre orale formulée après la défection de Mediapro (590 M€ par an, plus 100 M€ de variable en fonction du nombre d'abonnés gagnés pour l'ensemble des droits de la L1), Saada ne s'y est finalement pas risqué.
    Jeudi matin, malgré la porte ouverte à la négociation avec d'autres acteurs que Canal +, la Ligue planchait en urgence sur la possibilité de continuer à diffuser les matches sur la chaîne Téléfoot et éviter ainsi l'écran noir, le temps de trouver la bonne sortie de crise. Aux côtés de Vincent Labrune, d'Arnaud Rouger, le directeur général, et de Matthieu Ficot, le responsable des droits audiovisuels et marketing, se trouvait Marc Sénéchal, l'ancien conciliateur mandaté par le tribunal de commerce de Nanterre dans le conflit entre Mediapro et la LFP. Ce dernier était venu pour faire un briefing sur Téléfoot, dont il a appris à connaître tous les contours.

    Mais au cours de la journée, un coup de téléphone de Maxime Saada a changé la donne. Après un échange avec Vincent Bolloré, l'actionnaire principal de Vivendi (maison mère de Canal +), le patron de la chaîne cryptée a pu formuler la proposition de secours lui permettant d'éviter de laisser un concurrent, Téléfoot, continuer à diffuser le Championnat de France sans payer. Une situation qui l'irritait particulièrement...

    Le flou persiste pour les prochaines saisons

    L'idée était aussi d'alléger le climat avec la Ligue après plusieurs semaines de crispation. Par ailleurs, beIN Sports, qui devait régler ce vendredi 56 M€ à la Ligue pour la sous-licence du lot 3, n'avait pas l'intention de se substituer à Canal + et lui aurait réclamé des comptes. Une pression supplémentaire, cette fois, sur la chaîne cryptée. Jeudi soir, dans les coulisses de beIN, on se disait d'ailleurs soulagé de voir Canal + continuer à tenir ses engagements vis-à-vis de la sous-licence. Nasser al-Khelaïfï, président du PSG et de beIN Media Group, surveillait le dossier à distance, même s'il ne participait pas aux conseils d'administration de la Ligue ces dernières semaines pour éviter tout conflit d'intérêt.

    Si ces 200 M€ de cash, sous forme d'avance, sont plus que bienvenus, les dirigeants de la LFP sont tout de même tombés de l'armoire face à cette proposition qu'ils considèrent comme une forme de gré à gré... formule que Canal + refusait la veille. Par ailleurs, l'avenir reste flou pour le football français. Cette saison ne sera pas celle du milliard et les suivantes le seront difficilement. Jeudi, aucune décision n'a été prise par la Ligue concernant la suite à donner à ce dossier vital des droits télé pour les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2. Canal + n'a pas retiré ses plaintes auprès du tribunal de commerce de Paris et de l'Autorité de la concurrence sur l'appel d'offres partiel qu'elle avait attaqué ces dernières semaines.

    D'ici l'été prochain, la LFP va désormais devoir se positionner entre deux options pour les années à venir. Celle de discuter de gré à gré avec d'autres acteurs, dont ceux ayant remis des offres lundi (Amazon, Discovery et DAZN), et compter toujours sur le paiement du lot 3 par beIN Sports via Canal +. Et celle d'aller dans le sens des demandes répétées de Maxime Saada et relancer un appel d'offres complet sur l'intégralité des droits de la Ligue 1 et de la Ligue 2, cette fois-ci sur la période 2021-2025. Le match est loin d'être terminé.

    Link to post
    Share on other sites

    Droits TV : vers une sous-licence des droits par Canal+ ?

    Jeudi, Canal+ a annoncé l'acquisition de l'intégralité des matches de L1 et de huit de L2 jusqu'à la fin de la saison... En sous-licenciera-t-elle ?

    Sacha Nokovitch05 février 2021 à 00h00
     
     

    En vingt-quatre heures, Canal+ a d'un seul coup copieusement rempli sa grille de programmation foot, bousculant notamment celle du Top 14. Elle s'était déjà offerte, mercredi, la co-diffusion du Classique OM-PSG de dimanche soir avec Téléfoot, en plus de ses matches habituels du samedi 21 heures et du dimanche 17 heures.

    Depuis jeudi, elle sait qu'elle diffusera l'intégralité de la Ligue 1 à compter de la semaine prochaine (25e journée) et jusqu'à la fin de la saison. Du moins, c'est l'idée de base de la chaîne cryptée qui dispose de Canal+, Canal+ Sport, Canal+ Décalé et des canaux additionnels Foot+ pour les programmer. Elle a néanmoins la possibilité de sous-licencier certains matches et pourrait évoquer le sujet avec beIN Sports. Une logique valable également pour la Ligue 2, la piste la plus probable, ce qui permettrait à la chaîne franco-qatarienne d'en proposer l'intégralité.

    Rideau pour Téléfoot, la chaîne du foot

    Téléfoot continuera de retransmettre ses matches de L1 et de L2 ce week-end... avant de cesser d'émettre. « On baisse le rideau », glissait un salarié jeudi soir. Le Classique de dimanche devrait permettre de finir en apothéose. La rédaction d'une cinquantaine de personnes a reçu, après l'annonce de l'accord LFP- Canal+, de nombreux messages de soutien sur les réseaux sociaux, saluant son travail et son état d'esprit malgré la défection annoncée de son employeur Mediapro.

     
    455d5.jpg
     

    Jeudi soir, les abonnés ont reçu un mail indiquant qu'ils seraient informés, d'ici dimanche soir, « des détails relatifs à l'arrêt du service ainsi que des modalités de résiliation de votre (leur) abonnement, sans qu'il vous (leur) soit nécessaire de contacter le service client à cet égard ».

    Moins de revenus mais une exclu pour RMC Sport

    Détenteur des droits de la Ligue des champions jusqu'à la fin de la saison, Altice (maison-mère de SFR et RMC Sport) avait trouvé un accord avec Mediapro permettant à ce dernier de ne pas régler de droits pour la co-diffusion de la Ligue des champions et de la Ligue Europa sur Téléfoot. Il avait alors été décidé que pour la première année, l'opérateur SFR ne réglerait aucun minimum garanti à Mediapro pour la distribuer.

    Et, surtout, il récupérerait l'intégralité du montant des abonnements à l'offre couplée RMC Sport-Téléfoot générés lors de cette première saison. Même si SFR tentera de retenir certains abonnés à cette offre couplée bientôt privée de Téléfoot, une grande partie pourrait néanmoins se désabonner en l'absence de Ligue 1 et de Ligue 2. En revanche, RMC Sport récupère l'exclusivité de la diffusion des Coupes d'Europe jusqu'à la fin de la saison. A moins qu'elle ne signe un nouvel accord d'ici-là...
    Link to post
    Share on other sites

    Droits TV - Jean-Michel Aulas : «J'ai eu très peur»

    Le président de l'OL, également membre du comité de pilotage des droits télé, a craint pour la survie du football français.

    Étienne Moatti05 février 2021 à 00h20
     
     

    Il n'est pas membre du conseil d'administration de la Ligue, mais a été convié par Vincent Labrune, le président de la LFP, pour l'accompagner, avec quelques autres, sur le dossier des droits télé. Le boss de l'OL, qui était coeur du système, là où il aime être, rend hommage au patron de la Ligue qui a su, selon lui, trouver avec Canal + une solution pour sauver - au moins provisoirement - les clubs français.

    « Comment accueillez-vous la solution trouvée avec Canal+ ? 

    Le travail effectué par Vincent Labrune et la Ligue a été considérable. Le sujet était hypercomplexe. Canal + ne voulait pas négocier de gré à gré, entendait remettre le lot 3 en appel d'offres. Vincent Labrune et ses équipes ont su résister à cette demande qui nous aurait mis dans une situation difficile (les montants perçus sur le lot 3 servent de garantie pour les emprunts contractés par la LFP). On a fait un appel d'offres. Et Vincent Labrune, avec sa compétence sur le digital et les médias, a réussi à intéresser trois grandes compagnies (Amazon, Discovery et DAZN). Elles sont venues en ordre dispersé et pas exactement comme on le souhaitait, mais elles sont entrées dans une négociation de gré à gré qui nous sera bientôt utile.

    Mais ce ne sont pas elles qui vont diffuser la L1. La volte-face de Canal+, qui refusait de négocier avant de changer radicalement d'avis, est un vrai coup de théâtre. 

    Le coup de génie de Vincent Labrune et de Maxime Saada (le président de Canal+) est de dire : "On fait du gré à gré, mais uniquement sur cette saison". Chacun y trouve son compte. Canal va retrouver l'intégralité de la L1 et presque toute la L2, tout en permettant au football français de souffler sur le plan financier. Certes, il y a une diminution très sensible des droits par rapport à ce que Mediapro avait offert. Mais le règlement très rapide de ce qui est dû va permettre aux clubs français de bénéficier de la trésorerie qui leur manque.

    «On va avoir, sur une seule chaîne, l'ensemble des matches, c'est fantastique»

     

     
     
     

    Canal+ a quand même joué au chat et à la souris avec la Ligue, avec deux plaintes et un refus de répondre à son appel d'offres. Avant, au bout du compte, de donner un peu d'argent pour récupérer tous les droits. 

    J'ai participé à beaucoup de négociations dans le football et en dehors. Celle-ci était d'un niveau incroyable. C'est l'intérêt de l'utilisateur qui a primé. On va avoir, sur une seule chaîne, l'ensemble des matches. C'est fantastique. Au bout du compte, Vincent Labrune a gagné un combat du fait de ses relations avec Canal et d'une vision moderne de ce qu'il faut faire sur les droits.

    Mais les droits sont divisés par deux et le football n'a des contrats télévisés que pour quelques mois seulement. Rien n'est vraiment réglé. 

    Rien n'est réglé pour le futur. Mais si Canal a fait ce qu'il fallait pour nous apporter une solution, c'est qu'il veut retrouver le football. Et comme Amazon, Discovery et DAZN sont là pour l'avenir, 
    c'est essentiel. On résout un sujet à court terme et tout est possible pour la suite, où je pense qu'il faudra faire du gré à gré. Il y a eu un rêve qui n'a pas été exaucé. Tout l'écosystème du football a failli être emporté.

    «L'État, qui n'a pas fait grand-chose pour des secteur d'activité comme l'événementiel et le sportif, va devoir nous accompagner»

     

     
     
     

    À l'arrivée, selon les projections, les clubs français devraient perdre entre 800 millions et 1,3 milliard d'euros cette saison. Ils sont au bord du gouffre. 

    Tout à fait. Il y a Mediapro. Mais le vrai sujet, c'est le coronavirus. L'État, qui n'a pas fait grand-chose pour des secteurs d'activité comme l'événementiel et le sportif, va devoir nous accompagner.

    Il n'a pas semblé soutenir beaucoup le football dans cette crise des droits télévisés. 

    Sans le dire, il a peut-être été au côté de Vincent Labrune. Quand il y a des coups de théâtre, il faut que tout le monde se mette autour de la table pour que les choses avancent.

    Comment peut-il vous aider ?

    Peut-être qu'il y a des mesures d'accompagnement de ce nouvel accord pour bonifier les montants actuels.

    Vous pensez, paraît-il, à la taxe Buffet (une contribution de 5 % sur la commercialisation des droits télé pour financer le sport amateur)... 

    C'est l'une des pistes. La TVA en est une autre. Le PGE (plan garanti par l'État) de la Ligue pourrait être allongé dans le temps. Il y a plein de mesures correctives qui peuvent permettre de sauver les clubs .

    Avant l'issue trouvée jeudi, avez-vous craint qu'il n'y ait pas de solution et que le football français s'effondre ? 

    J'ai eu très peur. C'est pour cela que quand Vincent Labrune m'a appelé pour travailler sur ce sujet, j'ai tout de suite dit oui. J'ai eu plus peur dans cette négociation-là que dans la tribune, au cours des matches. Un match, ça se rattrape. Là, si Vincent Labrune n'avait pas trouvé la solution, c'est tout l'édifice du football qui pouvait disparaître. »

    Link to post
    Share on other sites

    L'édito de Vincent Duluc sur l'accord entre la LFP et Canal + : la fin de l'illusion

    Canal + n'a pas sauvé le football français de l'inquiétude, ni de la pression financière. Mais il a sauvé le spectacle, ce feuilleton de la L1.

    Vincent Duluc05 février 2021 à 11h40
     
     

    Le soulagement de sortie de crise cache, parfois, une défaite profonde : le prix de la saison 2020-2021 de Ligue 1 est revenu à ce qu'il était dix ans en arrière, une large partie du public du Championnat de France a pris l'habitude de faire autre chose, le dimanche soir, certains dirigeants de L1 ont perdu toute crédibilité, et une rédaction formidable est à la rue. Les salariés de la chaîne Téléfoot ont été sacrifiés par des gens sans morale, ni honneur, et dont le cynisme a peu d'équivalent, mais de nombreux dirigeants du football français - il ne faudra pas l'oublier - partagent la responsabilité de cette lourde défaite financière et sociale.

     
     

    Les clubs auront besoin de beaucoup d'aides et de beaucoup d'imagination pour réinventer un modèle, qui ne peut être ni durable, ni vertueux quand un budget dépend à 70 ou 80 % des droits télé.

    En attendant de connaître l'issue de la négociation sur les prochaines saisons, et de savoir s'il faudra partager l'austérité en dix-huit plutôt qu'en vingt, par exemple, on se souviendra que la manière dont ces dirigeants ont dépensé leur argent - pour une majorité d'entre eux - ne fait pas regretter qu'ils n'en aient pas le double, et que de magnifiques générations spontanées, dans l'histoire du football français, sont nées de l'austérité et du recours à la formation. Mais après cet accord, qui va donner le ton des droits à venir, la nuit sera très longue, pour les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 les plus fragiles. Ils auront besoin de beaucoup d'aides et de beaucoup d'imagination pour réinventer un modèle, qui ne peut être ni durable, ni vertueux quand un budget dépend à 70 ou 80 % des droits télé.

    En trouvant un accord avec la LFP, jeudi, Canal + n'a donc pas sauvé le football français de l'inquiétude, ni de la pression financière. Mais il a sauvé le spectacle, ce feuilleton de la L1 dont le public commençait à se séparer, lentement, mais inexorablement. Il était temps ; il allait être trop tard.

    La Ligue 1 va redevenir ce qu'elle avait cessé d'être pour une partie importante de son public de toujours : un sujet de conversation. Confrontée depuis de longs mois au risque du décrochage, sous le triple effet d'une saison interrompue, d'une diffusion sur une chaîne nouvelle et de retransmissions appauvries par les stades vides, la L1 va redevenir un feuilleton visible via un canal historique.

    La LFP et les clubs ont perdu, financièrement, mais pendant que les dirigeants de Canal sont les vainqueurs peu contestables du moment - alors que leur image a été touchée en profondeur par les conditions de l'éviction de Stéphane Guy, le commentateur vedette de la chaîne -, il est possible que nous entrions à nouveau dans une ère où le téléspectateur retrouve ses habitudes et son ancien confort. Que son feuilleton soit concentré sur des chaînes familières et mieux visibles, la saison même où la lutte pour le titre mérite une belle lumière, est l'une des rares promesses du printemps qui arrive.

    Link to post
    Share on other sites

    Droits TV : quelle somme va perdre le football français cette saison ?

    L'accord entre la LFP et Canal + donne une visibilité financière aux clubs français mais confirme une perte de plusieurs centaines de millions d'euros pour le foot français.

    Avec C.O.-B.05 février 2021 à 12h27

    On est loin du big bang de 2018 où l'attribution de 80 % des droits TV de la L1 faisait rêver le foot français au milliard d'euros qui tomberait dans les caisses chaque saison. Plus précisément, la répartition des droits télé devait permettre aux clubs français de se répartir la somme record de 1,232 milliard d'euros par saison jusqu'en 2024, grâce à Mediapro (828,6 M€), au couple Canal + - beIN Sports (361,8 M€) et à Free (41,8 M€). Sachant que beIN Sports avait sous-licencié ses droits pour la L1 à Canal +. Au final, leurs revenus télé seront très éloignés de ces montants.

    Sur la saison actuelle, avant de faire défaut, Mediapro avait tout de même versé ses deux premières traites, en juillet et en août, pour un montant de 143,6 M€. Dans le cadre de la conciliation menée sous l'égide du tribunal de commerce de Nanterre, Vincent Labrune et son équipe s'étaient par ailleurs employés à limiter au maximum les pertes générées par le départ de Mediapro.

    Une chute de 45 % des droits versés

    L'ancien président de l'OM, qui dirige désormais la LFP, a notamment obtenu la promesse de paiement par le groupe sino-espagnol d'une indemnité d'un montant de 100 M€ : tout d'abord 64 M€ comme « condition préalable » au règlement de son litige avec la Ligue, puis une pénalité de 36 M€ à verser au premier semestre 2021. Au total, Mediapro devrait donc s'acquitter d'un paiement de 243,6 M€, très éloigné de ce qu'il avait promis lors de l'appel d'offres (828,6 M€ par an).


    Canal + va désormais prendre le relais de Mediapro pour la diffusion mais avec un énorme rabais financier. En décembre, l'hypothèse d'un accord LFP - Canal + pour une offre globale à 590 M€ par saison pouvait laisser espérer une rallonge d'environ 143 M€ pour la fin de saison. Avec l'accord entre la LFP et Canal + conclu jeudi après l'échec de l'appel d'offres sur les lots vacants des droits TV (8 matches de L1 à chaque journée), la chaîne de Vincent Bolloré va à payer un supplément de 35 M€.

    Au final, la LFP pourrait donc espérer toucher au maximum pour la saison 2020-2021 les 243,6 M€ de Mediapro, 365 M€ de la part de Canal + (les 330 M€ déjà prévus + les 35 M€ supplémentaires), 31,8 de beIN Sports pour la L2 et les 41,8 M€ de Free. Soit un total estimé à 680,8 M€.

     

    Pour la LFP, ce serait une perte de 550 M€ au minimum par rapport au 1,23 milliard d'euros par saison qu'elle avait obtenu en 2018. Lot de consolation : Canal s'est engagé à verser dès à présent les 200 M€ dus jusqu'en fin de saison, ce qui soulagera la trésorerie des clubs à court terme. Pour le foot français, c'est une régression. Les contrats précédents, pour la période 2016-2020, apportaient 748,5 M€ au football français chaque année.

    Edited by hermann
    Link to post
    Share on other sites

    43% en mois, j'aimerais pas que ça arrive à mon salaire, eux peuvent surement le faire un temps

    Link to post
    Share on other sites

    Et dire que toute cette histoire a commencé juste parce que Mediapro a proposé 100M de mieux que canal +, la lfp voulait son milliard, elle l'avait, mais non fallait un petit peu plus quitte à snober un partenaire historique...

    Link to post
    Share on other sites
    20 hours ago, elliot said:

    Canal+ devrait sous traiter la L2 à Bein Sports à priori, pas possible de tout caser sur C+ selon les médias 

    Et du coup vous pensez qu'il faudrait s s'abonner quand  a bien pour pouvoir voir les match ou Plutôt se sera à partir de quand ?

     

    Link to post
    Share on other sites
    2 hours ago, KevinLL said:

    Et dire que toute cette histoire a commencé juste parce que Mediapro a proposé 100M de mieux que canal +, la lfp voulait son milliard, elle l'avait, mais non fallait un petit peu plus quitte à snober un partenaire historique...

    Canal + est un partenaire historique du foot ... sauf pour la L2 : pendant des années cela a plutôt été riquiqui.Canal, Médiapro, Amazon ce sont des entreprises qui veulent faire leurs affaires. La LFP, émanation des clubs a sauté sur l'occasion pour arrondir ses fin de mois : pas assez de garanties, trop gourmands ... et M. Bolloré, en position de force, veut le beurre et l'argent du beurre (TVA).

    Business is business !

    Link to post
    Share on other sites
    19 minutes ago, dago said:

    Et du coup vous pensez qu'il faudrait s s'abonner quand  a bien pour pouvoir voir les match ou Plutôt se sera à partir de quand ?

    Aux dernières nouvelles, Rodez-Clermont devrait être retransmis sur Téléfoot. La suite ??? Vraisemblablement beIN

    :drapo:

    Edited by lavernelle
    complément 5/02 17h14
    Link to post
    Share on other sites
    • fred1 changed the title to Médias (retransmission des matchs)

    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest
    Reply to this topic...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

    Loading...

    • 19 Résultat?

      You do not have permission to vote in this poll, or see the poll results. Please sign in or register to vote in this poll.
    ×
    ×
    • Create New...