Jump to content
Planète Clermont

hermann

Membre contributeur
  • Content Count

    1,858
  • Joined

  • Last visited

About hermann

  • Rank
    Bvd Lafayette
  • Birthday 01/01/1911

Contact Methods

  • Site web
    http://

Profile Information

  • Genre
    Homme

Autres informations

  • Abonné(e) au CFA
    Non
  • Meilleur souvenir du CFA
    la victoire contre le PSG en coupe deFrance

Recent Profile Visitors

3,580 profile views
  1. Je regarde volontiers les filles de Lyon, du Paris SG, de Bordeaux sur Canal+, de l'Equipe de France (même si Corinne Diacre m'agace ) mais je ne connais pas du tout les filles du Clermont Foot. Bon je vais essayer de me documenter et te donner un coup de main Par contre si elles viennent sur le forum, ou leurs conjoints ou leurs parents on est preneur de toute information C'est déjà le cas avec les U19 et pour avoir des infos c'est Tip top
  2. Bon vu qu'Elliot ne m'a répondu , ni personne d'ailleurs, quand on n'a pas d'ami on s'écrit à soit même. Oui alors effectivement ils seront suspendus pour la réception de Pau pour le compte de la 14ème journée https://www.sports-auvergne.fr/clermont-ferrand-63000/sports/clermont-foot-magnin-et-n-simba-sanctionnes-d-un-match-ferme-par-la-lfp_13884054/
  3. Négocier ou céder les droits de la Ligue 1 ? Mediapro traîne les pieds Même s'il n'a pas honoré ses paiements, Mediapro, le principal diffuseur de la Ligue 1, n'est pas prêt à abandonner à n'importe quelles conditions les droits, que Canal+ se verrait bien récupérer. Etienne Moatti, avec (A.H.)25 novembre 2020 à 20h20 À moins de dix jours du paiement de la prochaine échéance prévue dans son contrat avec la LFP, Mediapro n'a pas rendu les armes. Rien n'indique que le groupe sino-espagnol a l'intention de régler la traite du 5 décembre, après n'avoir déjà pas honoré celle du 5 octobre dernier (172 millions d'euros). Mais il n'a pas non plus manifesté sa volonté de se désister de ses droits (780 millions d'euros annuels jusqu'en 2024 pour huit matches de L1 par journée). En tout cas pas quel qu'en soit le coût. Une négociation est ouverte avec la Ligue devant le tribunal de commerce de Nanterre depuis plusieurs semaines. Le conciliateur, Marc Sénéchal, se démène pour trouver une solution entre les parties, avec l'objectif d'aboutir le 4 décembre, date à laquelle il doit présenter un plan de sortie de crise au président du tribunal. Mais pour l'instant, toujours pas de fumée blanche. La Ligue ne croit plus à la capacité et/ou la volonté de Mediapro de poursuivre son incursion sur le marché français. L'instance souhaiterait que son principal diffuseur règle les matches retransmis et non payés (sept journées, entre la 7e et la 13e), soit une somme d'environ 140 millions d'euros, puis rende les droits. Ce qui lui permettrait, en lien direct avec le conciliateur, de faire affaire avec Canal +, prêt à récupérer la totalité des matches si la situation se décante. Mais du côté de Mediapro, on assure pour l'instant être prêt à continuer après avoir revu les termes du contrat actuel. Avec trois options possibles. La première consisterait à obtenir une réduction sur cette saison, particulièrement affectée par le Covid-19. Mais sans toucher aux montants promis pour les trois suivantes. La deuxième serait d'allonger le contrat de deux années (six ans au lieu de quatre) et d'associer la LFP au projet, quitte à faire entrer des fonds pour investir dans l'opération. Enfin, la troisième serait pour Mediapro de réfléchir à une cession des droits, mais en obtenant des garanties de ne pas être poursuivi par ses différents créanciers (LFP, opérateurs, abonnés...). Canal + prêt à prendre le relais Aucune de ces trois options n'est acceptable pour la Ligue, qui ne croit plus en son partenaire. Mais le temps ne joue pas en sa faveur, car si aucune solution n'est trouvée avant le 4 décembre, les clubs vont se trouver en grande difficulté, après avoir déjà souscrit un premier emprunt, la saison dernière, puis un second, en octobre, pour pallier la défaillance de Mediapro. En théorie, la conciliation pourrait aller au-delà de début décembre, et s'étirer encore sur plusieurs semaines. Mais au vu de l'urgence pour le football professionnel français, ce ne serait évidemment pas le meilleur schéma. En attendant, Canal +, déjà diffuseur de deux matches par journée (pour 330 millions d'euros), est prêt à prendre le relais de Mediapro si la situation s'éclaircit. Comme l'a révélé L'Équipe, le diffuseur « historique » du Championnat est disposé à formuler une offre autour de 700 millions d'euros annuels, en y incluant des bonus liés à une hausse éventuelle de ses abonnements. Avec une somme fixe qui serait de l'ordre de 600 millions d'euros. Du côté de la Ligue, on espère un contrat tout de même un petit peu plus favorable et plus proche des montants du cycle précédent (2016-2020), soit environ 720 millions d'euros annuels.
  4. Et Grbic c'était "seulement" 7 buts dont 3 pénalties quand Bayo c'est 6 buts pour 1 seul pénalty
  5. https://www.sports-auvergne.fr/clermont-ferrand-63000/sports/ligue-2-le-clermont-foot-en-impose-dans-les-duels_13882986/
  6. https://www.clermontfoot.com/linterview-partenaires-j-c-henry-domi/ https://www.clermontfoot.com/profitez-du-click-and-collect-avant-noel/
  7. Et puis Austria Lustenau c'est 10 matchs quand le National 3 c'est seulement 6...
  8. https://www.sports-auvergne.fr/clermont-ferrand-63000/sports/corinne-diacre-comme-un-air-de-deja-vu_13883756/
  9. Des conflits fréquents Amandine Henry n’a pas été la première cadre écartée par Corinne Diacre. Nombreux sont les joueurs à avoir été mis au placard plus ou moins longtemps pour ne pas être entrés dans le cadre (strict) fixé par la coach. Et ce, quel que soit leur statut ou leur niveau. Citons Novillo, Salibur, Vidémont, Kilota, Hamdi, Salze ou Martin à Clermont, Bouhaddi, Katoto ou Le Sommer chez les Bleues. Des capitaines ont même perdu leur brassard en cours de route à Clermont (Ekobo, Lippini, Djellabi, Avinel) ou en équipe de France (Renard, Henry). Le management ultra-vertical de Corinne Diacre a aussi pu créer des tensions et remous au sein de ses staffs. Olivier Chavanon (directeur sportif) et Jean-Nöel Cabezas (adjoint) n’y ont pas survécu à l’époque auvergnate, tandis que Philippe Joly (adjoint) et des membres du staff médical ont quitté leur poste en sélection. Extrait d’un article Corinne Diacre : comme un air de déjà vu paru dans le journal La Montagne de ce jour.
  10. Canal+ prêt à faire une offre pour les droits télé de la Ligue 1 Si la situation se décante, le diffuseur « historique » pourrait proposer autour de 740 millions d'euros annuels à la LFP, incluant notamment des bonus liés à une hausse éventuelle de ses abonnements. Étienne Moatti et Arnaud Hermant23 novembre 2020 à 19h45 Entamée depuis plusieurs semaines, la conciliation entre Mediapro et la Ligue patine. Pour l'heure, ce sont surtout les avocats des deux parties qui discutent, mais sans avancée notable. Du côté du groupe sino-espagnol, on souhaite obtenir une baisse des montants dus cette saison sans apporter, pour l'instant, de garanties pour les suivantes (le contrat court jusqu'en 2024). Tandis qu'à la LFP, on veut surtout s'assurer de la solvabilité du principal diffuseur de la L1 et de la L2. Avec le conciliateur, Marc Sénéchal, au coeur de la mêlée, qui se démène pour faire avancer le dossier. Comme L'Équipe l'a révélé, il s'est fixé l'échéance du 7 décembre pour tenter de trouver une solution. Elle passera forcément par une refonte du paysage actuel, où Mediapro est censé payer 780 millions d'euros pour huit matches de L1, quand Canal+ débourse 330 millions pour deux rencontres (Free règle 50 millions pour des extraits en quasi-direct). En marge de la conciliation, la LFP fait évidemment le tour du marché pour trouver une solution alternative à Mediapro, qui n'a pas réglé son échéance du 5 octobre (172 millions d'euros), invoquant la crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19. Canal+ est évidemment au centre du jeu pour pallier la défaillance de la société présidée par Jaume Roures. D'autant que les autres contacts établis (RMC Sport, Orange...) n'ont pas donné de résultat tangible. Canal+ n'est pas pressé Mais le diffuseur « historique » du Championnat de France n'est pas pressé. Il a déjà deux affiches par journée de Championnat, n'a pas budgété de dépenses supplémentaires pour la L1 cette saison. Il a également fortement investi sur la Ligue des champions qui revient sur ses antennes en 2021-2022 et n'assiste pas vraiment à une baisse sensible de ses abonnés depuis le démarrage de Mediapro cet été. Canal+ n'a pas formulé de proposition formelle, mais a évoqué une offre potentielle de 740 millions d'euros pour l'ensemble des droits de la L1 incluant notamment des bonus si ses abonnements augmentent. Mais il faut d'abord que Mediapro accepte de lâcher les droits tout en réglant la facture pour les matches diffusés et pas payés. Ce qui reste à démontrer et pourrait faire traîner les choses. La LFP, elle, est dans l'urgence. Dès le mois prochain, si Mediapro n'honore pas son échéance du 5 décembre, les clubs seront en très grande difficulté. Son souci est donc d'obtenir un montant proche des sommes promises cette saison, quitte à accepter une baisse plus sensible pour les trois suivantes.
  11. Arnaud Fontanet : face au Covid-19, « une vaccination prioritaire des sportifs professionnels se justifierait » Membre du conseil scientifique Covid-19, l'épidémiologiste Arnaud Fontanet se dit, à titre personnel, favorable à la vaccination prioritaire des sportifs professionnels. Christine Thomasmis à jour le 23 novembre 2020 à 18h14 Professeur à l'institut Pasteur et au Conservatoire national des arts et métiers, Arnaud Fontanet, classé 15/3 à 60 ans, est aussi un passionné de tennis. Dimanche, c'est d'ailleurs en faisant sa promenade d'une heure entre Roland-Garros et le Parc des Princes que le membre du Conseil scientifique Covid-19 nous a éclairés sur les perspectives liées à l'arrivée imminente de plusieurs vaccins contre le virus. « Où en est-on à ce jour dans la course aux vaccins ? Deux premiers vaccins (BioNTech-Pfizer et Moderna) ont publié des résultats avec une efficacité supérieure à 90 % (en phase 3). C'est très encourageant. On a tous été pris de vitesse en termes de rapidité et d'efficacité. L'autre bonne nouvelle est que la plupart des autres vaccins ont choisi la même cible sur le virus et vont probablement bien marcher. On pourrait donc se retrouver début janvier avec plusieurs vaccins montrant une efficacité élevée et une très bonne tolérance, ce qui signifie qu'on aura des capacités de production et de distribution supérieures. Et cela nous permet d'envisager une mise à disposition des vaccins pour la population plus rapide que prévu. Mais pour l'instant, on est très prudents car ce ne sont que des communiqués de presse et non des publications détaillées. Ce sera aux autorités sanitaires réglementaires (en Europe et aux États-Unis) de donner, courant décembre-janvier, leur feu vert pour la mise sur le marché des vaccins sur la base de rapports très complets. « Le "Covid long", ça concerne également les jeunes athlètes, a priori en parfaite santé, mais qui mettent du temps à se remettre. » Quelles réserves peut-on émettre à ce stade sur leur future efficacité ? On ignore encore certaines choses : le vaccin nous protègera-t-il contre l'infection, contre les formes graves de la maladie ou bien contre les deux ? Marchera-t-il sur les personnes âgées de plus de 65 ans ? Et, point le plus important, sur quelle durée sera-t-il efficace ? Un mois, six mois, un an, plusieurs années... ? On ne le sait pas. Il faudra aussi être certain qu'il n'y aura pas d'effets indésirables graves car on aura un recul assez limité (quelques mois) au moment de la mise sur le marché. Même si nous sommes confiants, il faudra rester très vigilants. Sait-on déjà à quel moment la campagne de vaccination pourrait être lancée ?Les premiers vaccins vont probablement arriver en France au premier trimestre 2021. La priorité de vaccination sera donnée aux personnes très exposées, comme le personnel soignant, les personnes âgées (a priori les plus de 65 ans) et les personnes à haut risque de complications graves (lire à la fin de l'article). Cette cible prioritaire, qui représente 23 millions de personnes, devrait être vaccinée dans le premier semestre 2021. L'enjeu du deuxième semestre sera de vacciner le reste de la population, car plus on sera nombreux à l'être, plus vite on pourra reprendre une vie normale. Si je ne suis pas très inquiet sur le fait que les personnes à risque se fassent vacciner, je suis en revanche plus inquiet concernant celles qui pensent, à tort, qu'elles courent peu de risques avec cette maladie. Comme les jeunes et les sportifs de haut niveau, par exemple...Cinq à dix pour cent des personnes touchées par le Covid vont garder plusieurs semaines, voire plusieurs mois, des difficultés de concentration, de la fatigue ou un essoufflement. On appelle cela le "Covid long". Ça concerne également les jeunes athlètes, a priori en parfaite santé, mais qui mettent du temps à se remettre. Dans des collèges américains, certains d'entre eux ont fait des myocardites (atteintes du muscle cardiaque) et souffrent de ce "Covid long". Pourrait-on alors envisager une vaccination prioritaire des sportifs professionnels ? Pourquoi pas ? Ils jouent un rôle important dans la société. Ils apportent du bonheur à beaucoup de gens qui en ont particulièrement besoin au coeur de cette crise majeure. À titre personnel, je pense qu'une vaccination prioritaire des sportifs professionnels dans le premier semestre 2021 se justifierait, et que ce ne serait pas une contrainte très lourde de mettre de côté des doses de vaccin pour eux. Je commencerais par les sports collectifs et de contacts, où les sportifs ont le plus de risque de contracter le virus. Par ailleurs, en termes d'exemplarité, si les sportifs pouvaient se faire vacciner et dire à tous les jeunes qui les suivent sur les réseaux sociaux : "Regardez, je me suis fait vacciner et tout va bien. Faites comme moi, comme ça, on pourra à nouveau remplir les stades !", ce serait une superbe promotion pour la vaccination. Il faut jouer là-dessus. Moi, ça ne me choquerait donc pas que les sportifs de haut niveau soient prioritaires, à la fois pour pouvoir continuer leur travail et pour servir de modèle à un large public. Ce serait dommage de se priver d'eux, et ce serait du gagnant-gagnant. « Pour moi, revenir à la vie normale veut dire une vie où on peut notamment retourner au stade, chanter, crier et se faire plaisir. Un match à huis clos, ce n'est pas très drôle. » À quel moment pourra-t-on justement remplir à nouveau les stades ? Pour moi, revenir à la vie normale veut dire une vie où on peut notamment retourner au stade, chanter, crier et se faire plaisir. Un match à huis clos, ce n'est pas très drôle. Or on sait que les lieux de rassemblements sportifs (stades ouverts ou salles fermées) sont des endroits à haut risque de propagation du virus. Si vous avez le Covid et que vous faites la queue au guichet d'un stade en chantant, il est évident que vous émettez autour de vous des particules infectées. Donc si on veut rouvrir les stades au public, il faudra qu'au moins les deux tiers de la population soient immunisés, que ce soit par l'infection naturelle ou, surtout, par la vaccination. C'est à ce niveau d'immunisation de la population que le virus s'arrêtera de circuler de façon épidémique. Le vaccin sera vraiment la façon la plus simple de revenir le plus vite possible à la vie d'avant, et on le saura dès que le nombre de nouveaux cas par jour se sera effondré. Pour Roland-Garros (du 23 mai au 6 juin 2021), l'Euro de foot (du 11 juin au 11 juillet)ou encore les Jeux Olympiques (du 23 juillet au 8 août), ça me semble un peu trop tôt mais ça se joue à pas grand-chose... Si le vaccin confirme son efficacité et sa très bonne tolérance, et si la population se vaccine largement, il se pourrait qu'à la rentrée 2021, on puisse à nouveau remplir les stades. Mais d'ici-là, la prudence s'impose, et cela commence par le respect strict des gestes barrières et de la distanciation sociale. » Les enjeux de la stratégie vaccinale À la demande du ministère des Solidarités et de la Santé, la Haute autorité de santé (HAS) formule depuis l'été dernier des recommandations préliminaires pour anticiper l'élaboration de la stratégie vaccinale contre le Covid-19 dans la perspective de l'arrivée d'un ou de plusieurs vaccins. Qui vacciner ? Selon quel schéma ? Par quels professionnels ? « Les vaccins qui obtiendront une autorisation de mise sur le marché ne vont pas être parachutés par millions de doses et arriveront de manière progressive, explique Daniel Floret, pédiatre et vice-président de la commission technique des vaccinations, rattachée à la HAS. Il y aura une première phase avec relativement peu de doses disponibles, donc nous sommes en train d'analyser toutes les données dont on dispose et de préparer les premières recommandations (pour fin novembre) sur les populations à vacciner en priorité. » À savoir (dès lors que les essais cliniques permettront de garantir un bénéfice/risque favorable) : les professionnels de santé et du médico-social, ainsi que les personnes à risque de formes graves de Covid-19 telles que les personnes âgées de plus de 65 ans et celles qui présentent une comorbidité (surpoids, hypertension, diabète, maladies cardiaques ou respiratoires). Pour autant, d'autres catégories de personnes pourraient rentrer dans cette liste prioritaire, les sportifs professionnels notamment. « Il serait légitime d'inclure dans la liste prioritaire des personnes considérées comme indispensables au bon fonctionnement de la société, poursuit le professeur Floret. Mais lister ces personnes n'est pas le sujet de la HAS car cela ne relève pas des données scientifiques. Cette décision-là sera de nature politique... » C. T.
  12. Tu sais s'il est retourné à Aurillac ? Tu penses qu'il peut signer pour un autre club en cours de saison ?
  13. Matis Auradou c'est plus qu'une fâcherie il n'est même plus compté dans l'effectif
  14. Depuis cette saison, le club peut compter sur la précieuse collaboration d’un homme d’expérience en la personne de Georges HONORE, référent éducatif Pré/Post BAC. Ancien entraîneur et formateur BEFF, il est principalement en charge des relations avec les chefs d’établissements, ainsi que du suivi des parcours élèves. Il s’occupe aussi de faciliter et d’accompagner les jeunes joueurs vers l’orientation scolaire ou universitaire la plus appropriée. Georges participe à la réflexion sur de nouvelles solutions, innovantes, pouvant amener à repenser l’organisation des temps scolaires et d’entrainement. Il est aussi secrétaire de l’Association « Cité de tous les talents” dont notre club est l’un des membres fondateurs. 73 ans mais énormément d'expérience. Une célébrité à Cournon Il a été entraineur adjoint au Losc avec Bernard Gardon (que les vieux du CFC connaissent) comme directeur sportif. https://www.fff.fr/actualites/171280-578279-honore-un-lien-fort-entre-le-football-et-le-milieu-scolaire https://fccournon.com/?page_id=43 https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Gardon http://clermontfc.tripod.com/8485.html
  15. https://www.clermontfoot.com/les-equipes-de-lassociation-3-6-le-centre-de-formation/ La réserve de l’équipe professionnelle est entrainée par Sébastien MAZEYRAT (Dîplomé DES + Formateur BEFF), assisté du préparateur physique Maximilien FERRET, de Tony GARCIA et Avelino DA SILVA (dirigeants). LE MOT DU COACH : « Le début de saison est difficile d’un point de vue comptable avec des points échappés dans les fins de matchs, qui nous manquent aujourd’hui. Néanmoins on a pu s’appuyer sur des contenus plutôt cohérents, avec notamment une victoire probante à domicile contre le SC Lyon avec une jeune équipe. On espère pouvoir reprendre rapidement la compétition pour pouvoir enchaîner les matchs et montrer une progression sur la compétitivité de notre réserve. » L’EFFECTIF : – Gardiens : Vincent FOURNIER, Pierre BRIGNON, Eldar TAGHIZADA – Défenseurs : Naim LAIDOUNI, Baila DIALLO, Olivier KAMDEM, Jordan NAUCHE, Baptiste BOIT, Corentin DURAND, Gael GIBERT, Karim MOHAMED – Milieux : Victor DA ROSA, Lucas CHAMPOMMIER, Jules MEYER, Yuliwes BELLACHE, Fred GNALEGA. – Attaquants : Aboubacar SIDIBE, Jordan ALEXANDRE, Aymeric KISSY, Mathis CLAIRICIA, Mathys JEAN MARIE, Miguel RIBEIRO, Rohan ZAIRE C'est Oliver
×
×
  • Create New...