Jump to content
Derniers résultats
  • Un volcan arrive en ligue 1, c'est le Clermont Foot !!!!
  • Ahmet Schaefer


    Recommended Posts

    Ahmed Schaefer 1 an en mouvement (2 maintenant) et François Ligny qui était Directeur Général  aux abonnés absent depuis 6 mois et même pas cité dans l'équipe dirigeante le jour de la fête pour la montée , effacé du site officiel, zappé, disparu sans que le club communique dessus, bref il bouge plus beaucoup du coup au contraire de Champagne qu'on voit partout maintenant.Y a quelqu'un qui sait le pourquoi de la raison de sa "disparition"? 

    Link to post
    Share on other sites
    • Replies 54
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    Top Posters In This Topic

    Posted Images

    Posted (edited)
    Il y a 2 heures, elliot a dit :

    Ahmed Schaefer 1 an en mouvement (2 maintenant) et François Ligny qui était Directeur Général  aux abonnés absent depuis 6 mois et même pas cité dans l'équipe dirigeante le jour de la fête pour la montée , effacé du site officiel, zappé, disparu sans que le club communique dessus, bref il bouge plus beaucoup du coup au contraire de Champagne qu'on voit partout maintenant.Y a quelqu'un qui sait le pourquoi de la raison de sa "disparition"? 

    Il est président de l’entreprise Abale Consulting qui a été créé en 2020. Son siège est à Valence dans le 26. Accompagnement au lancement et commercialisation de l’initiative Michelin Green Mobility.

    Voila ce qu’on peut lire sur sa fiche Linkedin « Je suis passionnément engagé à générer de la croissance et un impact positif en aidant les entreprises à développer leurs activités. L'objectif principal de mon travail est d'aider les entreprises en croissance avec la bonne stratégie, les bons outils et une gestion des ventes exceptionnelle: - Négociation et mise en œuvre de contrats internationaux - Gestion des grands comptes - Développement des affaires - Gestion du Business Plan et du P&L - Gestion CRM »

     

    Expérience

    • Graphique Abale Consulting

      Abale Consulting

      Abale Consulting

      2021 - aujourd’huimoins d’un an

      Accompagnement au lancement et commercialisation de l'initiative Michelin Green Mobility

    • Graphique Clermont Foot 63

      CEO

      Clermont Foot 63

      2019 - 2021 2 ans

      Région de Clermont-Ferrand, France

    • Graphique The Adecco Group

      Global Account Director

      The Adecco Group

      2016 - 2019 3 ans

      Paris Area, France

    Edited by hermann
    Link to post
    Share on other sites

    Bonjour à tous, 

    je vous ai traduit une interview en allemand d’un site suisse avec Ahmet Shaefer. il y a des choses que l’on sait déjà mais aussi quelques points intéressant. Dont un petit passage qui peut éclairer sur la disparition de François Ligny. 
     

     

    Ce Suisse possède 3 clubs de football – et vient de monter en Ligue 1

     

    Ahmet Schaefer est un entrepreneur de football. Le Suisse a investi tout son argent dans les clubs de football et veut faire du business avec les clubs. Dans l'interview, il nous explique pourquoi il entretient une bonne relation avec les fans, combien d'argent les joueurs doivent gagner et pourquoi il n'a pas de club suisse.

     

    En septembre 2018, le Suisse Ahmet Schaefer a créé Core Sports Capital (CSC) qui gère une alliance de trois clubs : Clermont Foot en France, Vendsyssel au Danemark et Austria Lustenau en Autriche – tous en deuxième division, au moins jusqu’à présent. Parce que Clermont Foot a atteint la Ligue 1 cette saison.

     

    Dans l'interview vidéo, j'apprends à connaître un homme qui, après quelques minutes, se rend compte pourquoi il s'appelle lui-même entrepreneur de football. Dans ce moment, Schaefer se sent comme un investisseur qui parle de "Return of Investment" et de modèles d'affaires, dans la prochaine phrase, il ne déclare pas moins éloquent la philosophie de jeu de ses clubs.

     

    Félicitations pour l'ascension avec Clermont Foot. 

     

    Ahmet Schaefer : Merci, c’est une incroyable satisfaction après la fin de la saison dernière. À l'époque, nous étions à la cinquième place et nous avons été arrêtés par la pandémie de Covid parce que les playoffs n'étaient pas terminés. C'était frustrant.

     

    Maintenant vous êtes au but – au moins avec un club. Ils possèdent non seulement un club de football en France, mais aussi des clubs secondaires au Danemark et en Autriche. Qu'est-ce que vous faites ?

     

    Le Core Sports Capital (CSC) fondé par moi est comme un écosystème à trois actifs. Clermont est le pilier principal, Vendsyssel du Danemark et Austria Lustenau sont des associations satellites. L'idée est d'utiliser des synergies. Mais au bout du compte, nous voulons que les trois clubs soient auto-traitant. On pourrait dire que nous sommes en train de fonctionner comme Star Alliance – seulement avec des clubs de football plutôt que des compagnies aériennes.

     

    Des synergies ? Expliquez-le concrètement. 

     

    Si un joueur ne suffit pas en France, il va en Autriche, où il peut collecter des pratiques de jeu chez Austria Lustenau. Actuellement, quatre joueurs de Clermont sont prêtés à Lustenau et un à Vendsyssel. Pour ces clubs, il est bon qu'ils reçoivent des joueurs qu'ils ne peuvent pas se permettre autrement. Tout le monde en profite.

     

    Mais ils n'ont pas besoin d'une alliance de clubs pour les prêts de joueurs. Ce n'est qu'une petite partie de nos synergies. Nous travaillons également ensemble dans la vie quotidienne opérationnelle.

     

    Par exemple, au niveau du scouting. Puisque dix scouts travaillent pour un réseau commun avec une base de données détaillée qui est constamment complétée. Cela nous permet de traquer et de comparer les joueurs en permanence. Les trois clubs ont accès à ce système et en profitent. Les synergies concernent également les procédures d'entraînement qui sont discutées au niveau central et ensuite mises en œuvre par les différents clubs.

     

    Les trois clubs ont la même philosophie de jeu ? 

    C'est ça, le but. Les coachs des trois clubs ont des réunions hebdomadaires où ils échangent. Nous voulons le même style de jeu, les mêmes entraînements, la même formation. Pour améliorer le fonctionnement de la communication, nous voulons à l'avenir engager des co-entraîneurs francophones au Danemark et en Autriche.

     

    Le choix des entraîneurs fonctionne-t-il donc de manière centralisée à travers la CSC? 

    Avec Ingo Winter, nous avons un homme très bien connecté dans l'équipe qui a de bons contacts et aide à choisir. Un entraîneur doit s'adapter à notre système et n'a pas seulement des objectifs sportifs.

     

    Quoi d'autre ? 

    Il s'agit également de développer les joueurs et de générer la valeur de transfert. Nous sommes finalement une entreprise de football qui pense business et qui veut générer des bénéfices. Gagner de l'argent dans le football est possible – si vous travaillez correctement.

     

    À l'été 2019, Adrian Grbic est venu à Clermont libre d'Altach. L'Autrichien a joué une saison extraordinaire avec 17 buts en 26 matchs. Un an plus tard, Clermont a reçu 9 millions d'euros de Lorient pour lui. Je suppose que c'est un exemple ?

     

    Grbic est la deuxième partie de l'histoire de la Ligue 2. Si vous vous engagez à payer des joueurs et que vous pouvez vendre si cher après seulement une saison, c'est bien sûr une très belle affaire pour nous.

     

    Il y a aussi plus d'argent grâce à l'ascension qu'ils viennent de réussir.

     

    En tout état de cause, en raison des contrats de télévision, le montant de notre budget n'est pas encore très clair. Nous comptons sur un budget de 23 à 25 millions d'euros. Jusqu'à présent, on était à 10 millions. Nous allons certainement investir une partie de cette argent. Jusqu'à présent, nous avons engagé des joueurs gratuitement, nous devons maintenant investir en toute sécurité et engager encore cinq à six joueurs. Les salaires des joueurs seront également plus élevés.

     

    Au lieu des 6 millions d'argent télévisé dans la Ligue 2, la Ligue 1 pouvait en fait s'attendre à environ 42,5 millions d'euros. Étant donné que Mediapro, qui a remboursé les droits de la Ligue 1 pour 1,3 milliard d'euros, a manqué deux paiements, le contrat a été dissous par la ligue.

     

    Les droits sont maintenant sur Canal+, mais moins d'argent est versé. Il a été estimé que Canal+ a payé les droits pour environ 750 millions d'euro.

     

    De quels montants parlons-nous?

     

    Pour le moment, les joueurs les mieux payés reçoivent environ 15'000 euros par mois. Nous irons ensuite jusqu'à 30'000 ou jusqu'à 40'000 euros maximum.

     

    Ce n'est pas grand-chose par rapport à la concurrence. Nous avons un budget très restreint. Dans certains clubs, les joueurs gagnent, et je ne parle pas de joueurs exceptionnels, mais de joueurs moyens, 150'000 euros par mois. Dans ce cas, la crise du Covid pourrait même nous aider.

     

    Comment ça ? 

     

    Parce que d'autres clubs doivent économiser et qu’iles veillent se débarrasser de joueurs. Nous pouvons emprunter les joueurs et prendre en charge une partie du salaire. Pour certains joueurs, il y aurait certainement l'option d’achat. Mais il est clair qu'il faut se lever une heure plus tôt que tout le monde pour les avoir. 

     

    Qu'est-ce qui vous différencie des autres investisseurs ? 

     

    Fondamentalement, nous offrons des services de conseil dans le football. Il est important pour nous de dire ce que nous faisons, en communiquant ouvertement et en toute transparence. Je suis un entrepreneur de football. J'ai investi tout mon argent dans ces clubs, je suis au maximum, pour ainsi dire. Bien sûr, j'ai grand intérêt à travailler économiquement et à diriger une organisation saine. Je ne veux donc pas acheter des joueurs avec des dizaines de millions, comme c'est peut-être le cas pour d'autres investisseurs. Je n'ai pas de fonds ou d'État qui continue à injecter de l'argent. Si l'argent est parti, il est parti.

     

    Comment ça se passe avec les fans ?

     

    Nous avons déjà discuté avec les différents groupes d’ultra lors de l'entrée dans le club, car il y a eu au début un certain scepticisme. Mais nous communiquons ouvertement. Les gens savent d'où vient l'argent. C'est dans l'esprit des fans qu'on fait du bien. De plus, le succès et la rentabilité ne s'exclut pas. En outre, c'est notre philosophie de jouer au football de façon attrayante. Donc, ne pas balancer de longs ballons, mais de construire avec le jeu de passes courtes derrière. Le succès sportif avec Clermont donne naturellement la créativité, y compris pour les autres clubs.

     

    Le groupe Red Bull a un concept similaire qui fonctionne très bien. Qu'est-ce qui vous distingue ?

     

    Les clubs RB sont des instruments de marketing purs, nous sommes une entreprise de football. Mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas regardé RB. Ils ont fait beaucoup de bien et ont réussi avec leur modèle d'entreprise.

     

    Un autre modèle est celui de la famille Pozzo qui possède les deux associations Udinese et Watford. Qu'en pensez-vous ?

     

    J'ai eu l'impression que ce modèle a sacrifié Udinese pour Watford en Premier League

    Ils n’ont pas réussi ce que nous essayons de faire. 

     

    Qu'est-ce qu'ils font mieux chez Clermont que la concurrence ? 

    Nous avons une hiérarchie très plate. Dans nos clubs, il n'y a pas de PDG ou de directeurs sportifs qui poursuivent leurs propres intérêts. Si nous engageons un joueur, à la fin c’est l'entraîneur qui a le dernier mot, au final c’est lui qui travaille avec le joueur.

     

    Au Clermont Foot, il sort de l'équipe actuelle Mohamed Bayo. Il est originaire de la région, a seulement 22 ans et a obtenu 22 buts. Comment se passe la promotion de la jeunesse chez Clermont ?

     

    Nous avons un « Centre du Formation », dont plusieurs professionnels sont nés. Nous essayons également d'utiliser les synergies existantes et, par exemple, de partager l'infrastructure avec l'association locale de rugby. On peut donc échanger, partager des kinésithérapeutes ou faire des analystes vidéo. Nous avons investi très consciemment dans ce domaine. Quand les joueurs arrivent dans l’équipe première, c'est un beau retour d'investissement.

     

    Pourquoi investirez-vous en France ? 

     

    Cela a trois raisons principales : la France a un potentiel de talent très élevé. Aucun pays n'exporte plus de joueurs en Angleterre que la France. Lors de la dernière Coupe du Monde en Russie, 58 joueurs de France étaient présents. En outre, en France, il y a eu un rapprochement de l'argent de la télévision sur d'autres grandes nations de football, comme l'Allemagne ou l'Italie. Et, bien sûr, la France a un lien étroit avec la Suisse, ce qui a également été un facteur.

     

    Pourquoi n'avez-vous pas cherché un club directement en Ligue 1 ? 

     

    Nous avons discuté avec Troyes, qui étaient encore dans en Ligue 1. Les négociations ont échoué, et nous avons pensé : pourquoi pas en ligue 2.

     

    Comment avez-vous pu vous permettre d'acheter des clubs de football ? 

     

    En premier lieu, j'ai pu acheter les clubs relativement bon marché. Les propriétaires auraient pu vendre les clubs en Chine pour plus d'argent, mais notre bon modèle les a convaincus. J'ai gagné l'argent pour ça. La pression pour que ça marche, c'est là.

     

    Pourquoi n'avez-vous pas de clubs en suisse ? 

     

    Nous avons également regardé l'un ou l'autre club suisse, mais nous avons abandonné. Cela a plusieurs raisons : les fonds télévisés sont relativement restreints, ce n'est pas une démarche lucrative. À cela s'ajoutent les formalités pour l'engagement de joueurs non membres de l'UE. En outre, je préférais ne pas posséder un club « devant la porte d'entrée ».

    Edited by Ludwig
    Link to post
    Share on other sites

    Danke Ludwig

    Link to post
    Share on other sites

    Merci Hermann, danke Ludwig bis pour ces infos. Ligny est donc parti en toute discrétion alors et le club fonctionne sans DG mais avec l'économie d'un salaire finalement.

    Link to post
    Share on other sites

    j'ai relu ce qu'il avait écrit, je ne sais pas s'il n'a pas eu le temps, mais on dirait que pas grand chose n'a changé sur ses projets de départ, j'avais apprécié quand on s'était parlé au téléphone, je l'avais trouvé très agréable et ouvert, il m'avait appelé de France. Par contre, il n'y a eu aucune suite,

    Ma priorité sera de renforcer les liens avec nos supporters comme avec nos partenaires économiques, actuels et potentiels, et de tout mettre en oeuvre pour faire de la présence à nos matchs une vraie expérience dans notre stade. »

     

    Il est allée chez le concurrent "Michelin"

    Link to post
    Share on other sites

    Bon le président peut souffler Vendyssel se maintient également après Lustenau. Nos 2 clubs satellites restennt en 2ème division de leur pays. A voir si les joueurs prêtés reviennent plus aguerris... 

    Link to post
    Share on other sites
    • hermann changed the title to Ahmet Schaefer
    • hermann featured this topic
    • 2 weeks later...

    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest
    Reply to this topic...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

    Loading...

    ×
    ×
    • Create New...